Dossier : Santé

Cosmétiques

2/10/2017

Il est de plus en plus clair que de nombreuses substances contenues dans nos produits cosmétiques posent problème: perturbateurs endocriniens, allergènes, nanotechnologie... Tests et fiches pratiques pour mieux choisir.

Crowdfunding app' Cosmétiques

La FRC a demandé le soutien du grand public pour développer une application permettant d’identifier immédiatement les risques présents dans les cosmétiques.

Plus besoin de parler latin ni de déchiffrer les ingrédients qui entrent dans la composition d’un produit. Un simple scan du code-barres pour obtenir une évaluation!

La campagne a été un gros succès et l’application suivra!

De quoi s'agit-il?

La loi définit comme produit cosmétique toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec certaines parties superficielles du corps et en vue -exclusivement ou principalement- de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles.

Un produit cosmétique est composé d’ingrédients chimiques (indiqués en anglais) et naturels (indiqués en latin), tout composant présent à plus d’1% du total devant figurer sur la liste d’ingrédients du produit.

Quel est le problème?

Les produits d’hygiène et de soin doivent indiquer clairement leur composition. Or, cette dernière est ainsi codifiée que les noms des molécules et substances restent totalement incompréhensibles aux consommateurs profanes. Pourtant certains ingrédients, en contact avec la peau et les muqueuses, peuvent affecter la santé humaine (perturbateurs du système endocrinien, nanoparticules, réactions allergiques, etc.).

Ces substances indésirables, massivement rejetées dans les eaux usées et difficiles à traiter dans les stations d’épuration, altèrent aussi la qualité des cours d’eau.

En clair, l’information sur les emballages ou en rayon ne permet pas aux consommateurs de privilégier des cosmétiques qui soient sans danger pour leur santé et pour l’environnement.

Que faire

L’objectif de se passer totalement de tout produit contenant des perturbateurs endocriniens ou des allergènes est presque illusoire aujourd’hui.

En revanche, on peut clairement les identifier et limiter leur quantité.

La FRC vous fournit une liste de substances à éviter ainsi qu’un détail de leur effet et de leur risque sur la santé.

Substances à éviter

En bref

 Sans perturbateurs, résultats visibles en trois jours

30.05.2016 Phtalates, parabènes, benzophénone, triclosan: autant de perturbateurs endocriniens entrant dans la composition de nombreux produits de beauté. Or, une fois appliquées sur la peau, les ongles, les cils ou les cheveux, ces substances pénètrent dans l’organisme. Le fait d’opter pour des cosmétiques exempts de perturbateurs endocriniens a-t-il des effets sur l’organisme? C’est la question que s’est posée une équipe de jeunes chercheurs de l’Université de Berkeley, Californie. Pour y répondre, elle a administré des crèmes, dentifrices et autres shampoings dotés d’une composition irréprochable à 100 adolescentes.

Après trois jours d’utilisation seulement, la concentration des substances problématiques dans les urines de ces jeunes cobayes a montré une claire diminution. Une conclusion qui incite au changement.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre