S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Article : Pétition

Pour un prix du lait équitable

Tout sur le lait

27.11.2017, Laurianne Altwegg / Photo: Shutterstock.com

Lancée le 23 novembre, la pétition du syndicat paysan Uniterre demande au Conseil fédéral de prendre des mesures pour garantir 1 fr. par litre de lait au producteur. Une action que soutient la FRC.



Attachés à ce que les paysans soient rémunérés correctement pour leur travail, ainsi qu’au maintien d’une agriculture de proximité, de nombreux consommateurs s’adressent à la FRC afin de savoir comment faire pour soutenir les producteurs suisses de lait. Les moyens à leur disposition sont limités, car ils ne peuvent généralement agir qu’en privilégiant les circuits courts – c’est-à-dire la vente directe, le marché, les coopératives paysannes ou les marchés à la ferme. Aujourd’hui, ils peuvent toutefois aussi adresser leur revendication pour un prix rémunérateur au Conseil fédéral en signant la pétition d’Uniterre pour un lait équitable. Soutenue par la FRC, elle demande au gouvernement de prendre des mesures pour permettre aux producteurs de vivre dignement de leur activité en assurant le paiement d’un franc par litre de lait.

Pourquoi est-il important de signer?

Comme relevé à plusieurs reprises dans notre dossier sur le sujet, les éleveurs sont tributaires des prix des acheteurs de la chaîne (transformateurs, distributeurs, etc.), qui tiennent le couteau par le manche et refusent de couper dans leurs marges. Marges qui restent d’ailleurs opaques encore aujourd’hui, ce qui rend impossible tout calcul du prix juste tant pour le consommateur que pour le producteur. Pire, la grande distribution fait parfois miroiter un soutien aux paysans qu’elle s’empresse de répercuter en catimini sur les prix en rayon.

Du côté de l’Interprofession du Lait (IP-Lait), la situation s’est légèrement améliorée depuis notre dernier pointage sur le sujet en avril 2017: le prix indicatif du lait A (lait de centrale destiné au marché Suisse) a ainsi augmenté de 3 centimes à 68 centimes le litre en octobre 2017. Toutefois, rien n’indique que les producteurs reçoivent ce montant. Surtout, il ne correspond pas aux frais de production qui «sont de 1 fr. en moyenne, toutes régions de production confondues (plaine, collines et montagne)», selon les calculs de la Station fédérale de recherche en agronomie de Tänikon rapportés par Uniterre.

Parallèlement, le Conseil fédéral a reconnu la situation problématique du secteur en déclarant les contrats laitiers de force obligatoire. Impliquant que tout acheteur de lait est désormais tenu d’annoncer les quantités et les prix pour le mois suivant, cette mesure contribue à renforcer la position des vendeurs, mais ne règle pas le problème. Grâce à la pétition d’Uniterre, les consommateurs ont aujourd’hui la possibilité de faire entendre leur voix au niveau fédéral pour demander au gouvernement d’agir afin de garantir un prix rémunérateur du lait aux agriculteurs. L’initiative est donc louable, même si la FRC estime qu’il serait plus efficace que les transformateurs et les distributeurs prennent leurs responsabilités en concédant de réduire leurs marges sur les produits laitiers.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)