S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Enquête : Réduction

La FRC dénonce les drôles d’actions de Denner

Fausses actions

29.8.2017, Photo: Jean-Luc Barmaverain
Mise à jour le 02.10.2017

Un rabais faramineux sur du vin ou du saumon, ça vous parle. Sauf quand on use de procédés douteux. Enquête.



La FRC soupçonnait le hard discounter d’enjoliver la portée de ses actions; notre travail d’enquête l’aura confirmé. Nous avons relevé deux exemples, qui ne sont peut-être pas isolés.

Le premier cas concerne le vin argentin Malbec Michel Torino, vendu à 39 fr. 90 les six bouteilles au lieu de 79 fr. 80, soit une réduction de 50%. Le breuvage ne fait pas partie de l’assortiment standard du discounter. C’est pourquoi la promotion mentionne qu’il s’agit d’une «comparaison avec la concurrence». Mais il y a un hic: ce vin n’est proposé dans aucun autre commerce du pays. Comment, dans ce cas, Denner peut-il connaître le prix de la concurrence?

La FRC a donc posé la question au distributeur: il s’agit d’une comparaison avec le vin La Mascota, vendu par Coop. C’est aussi un Malbec argentin… et la ressemblance s’arrête là. Leurs seuls points communs: le cépage et le pays d’origine. Constatation confirmée par l’oenologue Richard Pfister, qui remarque que le Michel Torino est élevé six mois en barrique au nord de l’Argentine, contre quinze mois pour La Mascota à Mendoza (ouest du pays, ndlr). Cela indique que «les vins n’ont a priori pas les mêmes coûts de production ni la même qualité». Les produits sont donc incomparables. A voir, tous les coups sont permis dans la guerre entre Coop et la filiale du groupe Migros pour occuper la première place dans le marché des vins.

Un saumon, ça trompe énormément

Deuxième cas: le saumon fumé norvégien Laschinger vendu à 6 fr. 95 «à la place de» 11 fr. 60 les 250 g (2 fr. 78 les 100 g contre 4 fr. 64), soit avec un rabais de 40%. Le concurrent est cette fois le saumon fumé de Norvège M-Classic, labellisé ASC, vendu à 4 fr. 65 les 100 g. Là encore, la comparaison est pour le moins fragile.

D’une part, difficile de laisser croire à un véritable rabais puisque le saumon Laschinger était encore vendu dans le commerce, fin 2013 (FRC Mieux choisir N° 64), à 2 fr. 65 les 100 g, bien loin des 4 fr. 64 affichés. D’autre part, dans notre test d’alors, ce produit avait fini… bon dernier. La référence qui s’en approche le plus serait le M-Budget, classé juste devant, et toujours disponible au prix de 2 fr. 43 les 100 g.

Pourquoi donc avoir comparé un saumon de basse qualité avec une denrée de meilleure facture et plus chère, le M-Classic, si ce n’est pour faire croire à une action qui n’en est pas une? D’autant plus que selon Olivier Hoppe, du Fumoir de Chailly, le label ASC constitue déjà un indice permettant de dire que le MClassic est de meilleure qualité que le Laschinger, un détail qui renforce l’impression de malaise…

Explications de Denner

Septembre 2017 – Le harddiscounter a contacté la FRC pour s’expliquer. Si des divergences subsistent, le détaillant nous a assuré que depuis notre intervention, il avait mis à jour ses procédures pour décider des promotions et éviter de risquer de tromper le consommateur. Les comparaisons avec la concurrence, telles que nous les avions dénoncées, ne devraient plus être sujettes à caution.

La FRC se réjouit d’être parvenue à un résultat positif rapidement et veillera à ce que cet engagement soit respecté.

L’Ordonnance sur l’indication des prix (OIP) permet certes des comparaisons avec des produits «identiques». De son côté, le discounter nous a indiqué utiliser des «produits semblables répondant aux mêmes critères de qualité, de production et de provenance». Notre enquête nous permet toutefois de nous interroger sur le bien-fondé de ces critères, puisqu’ils reviennent à comparer des pommes et des poires.

Affaire devant le procureur

Dans ces deux exemples, le procédé semble être le même: en cas de comparaison concurrentielle avec un article qui n’est pas disponible en Suisse, Denner se base sur un produit qui y ressemble mais dont la qualité est supérieure. Son prix est donc logiquement plus élevé. Et allèche le client en lui faisant miroiter une aubaine substantielle.

Pour le vin ou le saumon fumé, ce procédé est facile à démontrer puisqu’il s’agit de marques identifiables. Pour les actions de viande, par exemple du filet de boeuf Black Angus du Brésil, le soupçon est permis puisque Denner le compare avec un filet de boeuf vendu chez… Globus. Il est toutefois plus compliqué de retrouver le producteur exact pour comparer les conditions de production ou de mener un test de qualité de la viande.

Difficile donc de savoir quelle est l’étendue exacte de ces actions problématiques. Ce sera désormais au procureur de trancher la question puisque la FRC a dénoncé début juillet le discounter pour infraction à l’OIP auprès du Ministère public. En attendant, mesurez votre empressement avant de céder aux sirènes des rabais lorsque Denner laisse penser que les autres sont trop chers. Il se pourrait bien qu’il y ait anguille, ou plutôt saumon, sous roche.

A lire également: Ochsner Sport: un consommateur met le doigt sur de fausses actions. La FRC dénonce

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)