S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Article : Swissness

Croix suisse: les exceptions sont publiées

Utilisation de la croix suisse

21.11.2016, BP / Du vin importé dans la fondue: quelle hérésie! – Shutterstock.com

L’Office fédéral de l’agriculture vient de publier les derniers détails concernant l’application de la Loi Swissness. L'exception la plus choquante concerne un plat de tradition: la fondue.



Tout est prêt pour l’entrée en vigueur de la Loi Swissness: l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) vient de publier les derniers détails concernant son application: sur 81 demandes d’exception déposées par l’industrie, 71 ont été acceptées par Johann Schneider-Ammann, chef du département. La FRC a participé au groupe de pilotage qui a dû analyser la portée des demandes déposées par l’industrie et regrette les exceptions accordées. Celles-ci ajoutent en effet un flou supplémentaire à un projet dont l’objectif était de clarifier la situation. Au final, les luttes d’influence entre fabricants alimentaires et producteurs débouchent donc sur une réglementation peu compréhensible pour les consommateurs.

Les demandes concernaient surtout des produits semi-finis et peu de matières premières naturelles. On parle ainsi d’une sorte bien particulière de lactose ou d’une cassonade en passant par une poudre à glacer. Elles s’ajoutent à celles octroyées pour les ingrédients qui ne peuvent pas être produits en Suisse comme le café ou l’ananas. L’exception la plus choquante pour les consommateurs romands concerne un plat typique du pays: la fondue. Il a en effet été accordé d’utiliser du vin importé dans les préparations prêtes à l’emploi… au motif que le vin suisse ne serait pas adapté! Toutes ces exceptions sont limitées dans le temps jusqu’à fin 2018. Les entreprises sont encouragées à régulariser la situation d’ici-là et des contacts sont pris pour réorienter la production en Suisse.

La plupart de ces nouvelles exceptions ne sont pas essentielles pour les consommateurs: elles servent à rendre «suisse» un produit semi-fini qui est vendu à d’autres fabricants alimentaires. C’est le cas par exemple d’une poudre de caséine pour un mélange au fromage qui va servir à farcir des biscuits d’apéro ou des chaussons. Difficile de savoir si le produit tel qu’il est vendu a vraiment besoin de cette exception pour contenir 80% d’ingrédients indigènes comme obligatoires, ni si ces pâtisseries seront réellement vendues comme étant suisses. Une chose est sûre: les Helvètes attendent d’un aliment qui porte la croix suisse qu’il soit plutôt naturel et non un produit hautement technique et manufacturé.

Globalement, les consommateurs peuvent s’attendre à trouver 80% d’ingrédients helvétiques dans un produit orné de l’écusson national. Toutefois, évaluer un produit en tenant compte des exceptions et des taux d’auto-approvisionnement est compliqué. La FRC donne volontiers un coup de pouce pour aider à décrypter les informations.

Plus d’infos pour voir comment se compose un produit suisse: la règlementation Swissness en bref.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)