Article : Tromperies alimentaires

Zoom sur les légumes surgelés non assaisonnés

Mieux décrypter les emballages

24.2.2015, B. P. / Photo: Jean-Luc Barmaverain

Les pois mange-tout? L’art de nous faire manger des salades, oui!



«Je cherche à me nourrir sainement, mais ai-je raison de me tourner vers ce type de surgelés?» nous demande une lectrice. Cette Genevoise, comme de nombreux consommateurs, prône le «retour à l’essentiel» et, pour des produits de qualité, elle est prête à mettre le prix. Voilà donc un emballage qui tombe à pic, puisqu’il vante la fraîcheur et l’absence d’additifs du produit. Voire la proximité, dans le cas des haricots fins ou des épinards de la même marque, estampillés d’un drapeau suisse.

Ces allégations ne sont que du vent: on ne sait pas en quoi un légume est traité de manière respectueuse; de plus, la loi suisse limite strictement l’adjonction d’additifs à tous les fruits et légumes surgelés non assaisonnés. Seuls l’acide citrique et l’acide ascorbique (vit. C) et leurs sels sont autorisés pour stabiliser la couleur et la saveur ou, dans certains cas, des sulfites.

Le dos de l’emballage assène une phrase creuse pour conforter le client d’acheter un produit frais, riche en nutriments. Sa provenance, la Chine, se cache, elle, au fond du sachet: elle ne jouit pas d’une aura très noble.

Cet emballage est inutilement racoleur, mais choisir des légumes congelés non assaisonnés reste intéressant pour allier plaisir et santé en hiver.

Retour au dossier sur les tromperies alimentaires.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre