Article : Tromperies alimentaires

Zoom sur le lapin de Pâques

Mieux décrypter les emballages

31.3.2015, B. P. / Photo: Jean-Luc Barmaverain

La notion de portion: une idée qui donne une fausse bonne conscience



«J’ai acheté un petit lapin en chocolat. Il pèse 40 g et mesure moins de 10 cm. Selon son emballage, une portion équivaut à 25 g. Qu’est-ce que cela veut dire?» s’interroge une lectrice.

Portion | Qui dit chocolat dit riche en sucres et en graisses, forcément. Alors, pour répondre aux gens soucieux de compter les calories, les fabricants ont inventé une parade: l’étiquetage nutritionnel par portion. Sauf que cette notion est toute relative pour le client, et fixée arbitrairement par l’industriel. Dans le cas de notre lapin, elle fluctue entre 16,7 g et 25 g selon la marque. Ne mangerez-vous que la tête ou la queue pour respecter les valeurs préconisées par une portion? C’est un non-sens!

Feux tricolores | Rien à redire sur la composition du chocolat au lait: ce point est défini dans la loi. Mais avec 32% de cacao et 34% de matières grasses aux 100 g pour cette friandise, un étiquetage avec des feux tricolores aurait été pertinent et sans fioritures: notre lapin brûle aisément le feu au rouge pour les sucres et les graisses, y compris saturées. Mais faisons la trêve: c’est jour de fête, gobez-le sans remords, et n’en parlons plus!

Retour au dossier sur les tromperies alimentaires.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre