Article : Tromperies alimentaires

Zoom sur la mousse d'oie

Mieux décrypter les emballages

3.12.2014, Photo: Jean-Luc Barmaverain

Dixième volet de notre série consacrée aux belles promesses que vantent les emballages. Ici, on nous vend de la graisse comme étant "le meilleur de l'oie".



Le temps des Fêtes approche, et l’on se plaît à imaginer quelques menus gourmands pour réjouir nos convives. Foie gras ou mousse de canard sur canapé seront probablement de la partie.

Une raison suffisante pour se pencher sur cet élégant emballage de la maison Feyel, qui vante un savoir-faire de tradition pour un produit aux saveurs inégalées. En effet, quoi d’autre que «le meilleur de l’oie» pour Noël ou Nouvel-An? La promesse nous vient de ses chefs cuisiniers, qui perpétuent deux cent ans d’expérience gastronomique en Alsace et le proclament fièrement.

Le dos du produit nous ramène illico à de bien moins belles réjouissances: en lieu et place de foie gras, le principal ingrédient manque sérieusement de glamour, puisque la graisse d’oie représente 35% du produit. Viennent ensuite 15% de foie de… poulet! Au final, le foie d’oie ne participe qu’à hauteur de 12% du produit fini, qui tire son onctuosité d’un cocktail fait d’eau, d’œuf, de protéines de lait et de gélatine, auquel on a ajouté une pincée de nitrite pour la conservation. Le slogan le plus approprié aurait donc plutôt été «le moins cher de l’oie». Maigre consolation, avec pareille préparation, c’est autant d’oies gavées en moins!

Retour au dossier sur les tromperies alimentaires.

B. P.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre