FRC

Article: Automobile

Scandale VW: le premier test livre ses résultats

Le scandale VW

1.11.2016

Les dernières semaines ont été riches dans ce dossier important. Petit retour sur ce qui s’est passé en Suisse et à Bruxelles.

Notre édition d’octobre s’en est fait l’écho, Jean Gaumann, membre vaudois de la FRC, a mis sa VW Tiguan à la disposition de l’association. Son véhicule est parti dans deux laboratoires indépendants à Bienne et à Nidau pour y être testé. Une première fois équipé d’un logiciel truqueur, une seconde, après réparation par des collaborateurs d’Amag. Par deux fois l’automobile est donc passée sur des bancs d’essai pour effectuer des mesures et les comparer.

010-002-retour_vw

Trois aspects ont été mesurés: les émissions de gaz polluants (monoxyde et dioxyde de carbone, hydrocarbures non brûlés), la consommation de carburant et la puissance du moteur. La réparation sur le véhicule a été réalisée dans les locaux du laboratoire, garantissant ainsi que le véhicule ne pouvait être conditionné.

Résultat: les experts considèrent que la Tiguan de Jean Gaumann est la même avant et après le changement de logiciel. Même si de petites différences apparaissent ici ou là, les deux laboratoires les considèrent comme acceptables puisqu’elles se situent dans la marge de tolérance fixée. Ils ont également confirmé qu’un nouveau logiciel avait été installé chez eux. Pour attester du non-trucage de celui-ci, l’homologation du Ministère allemand des transports fait foi.

Un deuxième véhicule, la VW Passat du Valaisan Elio Valeschini, aussi membre de la FRC, est désormais au laboratoire. La FRC considérera les résultats comme définitifs lorsque les tests complets sur trois véhicules et les tests de performance sur vingt et une autos supplémentaires auront été effectués de manière concluante. Sur le front européen, une conférence sur le scandale VW a été organisée en marge de l’Assemblée générale du BEUC, le Bureau européen des Unions de consommateurs, notre faîtière. S’agissant de la participation ou non à une fondation de droit hollandais, sorte d’action collective en Europe, le BEUC privilégie la multiplication des procès dans chaque pays pour maintenir la pression sur VW et ses filiales ou ses importateurs. Néanmoins, le BEUC continue de négocier avec l’une de ces fondations et donnera à la FRC sa prise de position finale dans les semaines à venir.

Une compensation aussi pour les Européens

Le deuxième test va bientôt démarrer.

Le deuxième test va commencer.

 

Sur le Vieux-Continent, la situation évolue tout de même, mais à petits pas. La commissaire Elzbieta Bienkowska, en charge du marché intérieur, de l’industrie, de l’entrepreneuriat et des PME, demande en effet à VW d’appliquer un meilleur traitement aux Européens: «C’est dans l’intérêt de Volkswagen de prendre des mesures pour reconstruire la confiance et la crédibilité, justifie-telle. Huit millions de consommateurs attendent toujours une réparation et une compensation.»

La commissaire Justice et Consommateurs Vera Jourová a appuyé: «Je veux un accord juste pour les clients européens. Je continuerai à travailler avec les autorités nationales et les associations de consommateurs et les soutiendrai dans leurs efforts pour obtenir une compensation.» C’est donc bien une solution à un niveau européen qui doit maintenant être trouvée, les consommateurs devant bénéficier de la force de frappe de leur regroupement avec les victimes des autres pays.

 

Découvrez l’historique du scandale VW avec notre timeline interactive

 

 

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre