Article : Automédication

Qui a besoin de compléments alimentaires ?

Compléments alimentaires

4.6.2013, Dossier réalisé par Elisabeth Kim / Photo: Jean-Luc Barmaverain

Le marketing survitaminé se porte à merveille. En témoigne le succès des ventes de gélules et de capsules censées booster l’organisme. Or cette supplémentation se révèle le plus souvent inutile voire dangereuse. Notre enquête.



Chers, inutiles et potentiellement dangereux, les compléments alimentaires ont de plus en plus mauvaise presse. En septembre 2012, un article publié par le Journal of the American Medical Association remettait sérieusement en question les vertus cardio-vasculaires des oméga 3. Pour preuve: le passage au crible par des chercheurs grecs d’une vingtaine d’études portant au total sur près de 70 000 personnes. Dont il ressort que la supplémentation de ces acides gras polyinsaturés, en dehors des aliments tels les poissons, qui en contiennent naturellement, ne prévient pas de manière significative des décès d’origine cardiaque.

Pourtant, ces dernières années, les géants de l’industrie agroalimentaire ont transformé les oméga 3 en véritable poule aux œufs d’or. Selon une enquête du cabinet Packaged Facts, les produits enrichis avec ces acides gras pesaient 13 milliards de dollars en 2011. Un marché en croissance de 15 à 20% par an. Une invention purement marketing? Pour l’heure, la communauté scientifique n’a pas encore de réponse unanime sur les autres vertus des oméga 3, notamment anticancer. Reste que cette méta-analyse met en lumière les paradoxes d’une société de consommation qui se veut à la fois rationnelle et avide de remèdes miracle.  Ainsi, chez nos voisins français, quelque 28% des femmes et 15% des hommes ingèrent régulièrement des compléments alimentaires. Des chiffres issus de l’étude NutriNet-Santé, publiée en février par le British Journal of Nutrition, recoupant les réponses de 80 000 personnes. Et près de la moitié de ces consommateurs s’administrent des vitamines ou des sels minéraux  en automédication. En Suisse, pas de statistiques nationales. Mais les proportions semblent plus ou moins identiques, comme l’indique l’enquête CoLaus menée depuis 2003 auprès de 6000 Lausannois.

Augmentation de la mortalité ?

«Vingt-six pour cent de notre échantillon prennent des compléments alimentaires, notent Peter Vollenweider et Gérard Waeber, coauteurs de l’étude. En tête, la consommation de vitamines et de minéraux (19,8%), suivie par les acides gras tels les oméga 3, les oméga 6, les extraits de plantes et les thés spéciaux (10%), et du calcium (6%).» Pour ces deux médecins, un adulte en bonne santé n’a pourtant aucunement besoin d’acheter de telles promesses en capsules. Un avis partagé par la Société suisse de nutrition (SSN), pour qui le pilier reste une alimentation saine et équilibrée, basée sur les recommandations de la pyramide alimentaire. «L’offre industrielle en aliments enrichis en vitamines ou en minéraux – céréales, jus de fruits, etc. – est déjà abondante. Attention au cumul de ces apports», souligne aussi Muriel Jaquet, diététicienne à la SSN. Plus grave, les compléments alimentaires pris à mauvais escient, et en particulier à haute dose, peuvent se révéler dangereux, s’insurge Peter Jüni, de l’Institut de médecine sociale et préventive à l’Université de Berne: «De récentes études cliniques randomisées et à large échelle ont révélé que l’apport de multivitamines augmente même la mortalité. Si on extrapole ces statistiques à la Suisse, cela signifierait que 300 personnes décèderaient chaque année à cause d’une mauvaise utilisation de comprimés vitaminés. Un chiffre très modeste, en comparaison avec d’autres causes de décès, mais qui démontre le non-sens de ces supplémentations.»

Or la majorité des gens considèrent que les compléments alimentaires ne présentent aucun risque. «Septante-cinq pour cent des personnes interrogées les perçoivent ainsi, selon une récente enquête. Au point que les patients omettent d’en parler à leur médecin», constate Pierre-Yves Rodondi, de l’Unité de recherche et d’enseignement des médecines complémentaires à Lausanne. Et le médecin vaudois d’illustrer son propos par un exemple vécu dans son cabinet: le cas d’une femme atteinte de démangeaisons suspectes. «Après plus d’un millier de francs d’analyses (scanner, biopsie de la peau, etc.), il s’est révélé qu’elle prenait des compléments alimentaires qui ont provoqué ces effets secondaires.»

Une approche personnalisée

Que ce soit les apports artificiels de bêta-carotène, qui favorise le cancer chez les fumeurs au lieu de les en protéger, ou des antioxydants comme les vitamines A et E, longtemps présentés comme une prévention contre l’infarctus ou l’attaque cérébrale, aucun supplément alimentaire, pas même la vitamine C, ne semble passer la rampe dans des études scientifiques étayées. Faut-il pour autant se méfier de tous? Pas aux yeux de Pierres-Yves Rodondi, pour qui les recherches doivent continuer à s’intéresser à des produits aussi sollicités par les consommateurs, et dont certains – vitamine D, acide folique, notamment – ont fait leurs preuves.  Autre piste: privilégier une approche personnalisée en matière de compléments alimentaires, une fatigue chronique, par exemple, pouvant avoir des milliers de raisons différentes. Et ne pas nécessiter forcément des doses intempestives de multivitamines.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre