Article : Mieux décrypter

Zoom sur un ersatz de crème

Mieux décrypter les emballages

1.11.2016, B. P.

«Tiens, un nouvel article pour mitonner mes petits plats», nous a signalé une Valaisanne. Cette Crème fine pour cuisiner donne l’impression d’être allégée. En fait, ce n’est qu’un simulacre d’un produit noble.



Jean-Luc Barmaverain

Jean-Luc Barmaverain

1 CRÈME | Selon la législation, elle doit être issue du lait par séparation mécanique, un traitement relativement doux, et ne contenir que des matières grasses intrinsèques (crème: 35%, demi-crème ou à café: 15%). Or on trouve ici des graisses de coco et de palme dans une grande quantité d’eau, 20% de lait maigre et du babeurre en poudre. Pour donner de la consistance, il a fallu ajouter de l’amidon modifié, un épaississant (E 412), un émulsifiant (E 472e), un stabilisant (E 339). Sans oublier un colorant (E 160a) qui rappelle la couleur d’une crème issue de lait de pâturage.

2 LOGO | Rassurant ce label lacto-végétarien? Une crème standard pourrait aussi le porter: elle ne contient rien d’autre que du lait. Ouste, la mention inutile!

2 FABRICANT | Ce produit n’indique pas d’adresse, hormis celle du distributeur. Le code ovale (CH 2406) correspond au numéro d’autorisation d’Emmi. Il est assez surprenant qu’une entreprise transformatrice de lait élabore ce genre d’ersatz, alors que la Suisse doit écouler une montagne de beurre à l’étranger.

 

Découvrez notre application mobile des additifs alimentaires.

Retour au dossier sur les tromperies alimentaires.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre