Article : Viande

Pour un produit honnête et transparent

Tout sur la viande

4.11.2015, Barbara Pfenniger / De quoi est faite votre viande de kebab? Il est temps que vous le sachiez précisément. – Shutterstock.com

La viande est un aliment sensible aux bactéries… et aux fraudes. Les tests de nos collègues européens ont révélé plusieurs failles dans le système, qui risquent d’arriver également eu Suisse. La FRC se joint à leurs revendications.



« Produit à base de viande », « préparation de viande », « élaboré avec de la viande de… »: l’étiquetage ne manque pas de vocabulaire pour décrire le produit contenu dans la barquette. Il est vrai que les produits contenant de la viande transformée ou pour lesquels la viande ne représente qu’un ingrédient sont de plus en plus fréquent. C’est vrai pour le burger, la charcuterie, vrai aussi dans la moussaka par exemple. Ces préparations sont censées rendre la chair plus savoureuse, mais elles servent aussi à «rallonger» le produit fini avec des ingrédients de moindre valeur. Elles sont même parfois trompeuses, comme lorsque l’on retrouve du poulet en lieu et place de l’agneau dans la viande de kebab.

Les tests de sept de nos collègues européens réalisés au cours des derniers mois ont démontré que les tromperies étaient manifestes: du boeuf mélangé avec de l’agneau ou du poulet sans mention explicite, une viande gonflée avec de l’eau, colorée avec des additifs, recomposée pour lui donner meilleure façon, de moindre valeur qu’indiquée … Bref, ce catalogue, sans être exhaustif, ouvre déjà bien l’appétit. Conclusion: « Les Etats membres de l’UE doivent augmenter les contrôles et s’assurer de la précision et de la véracité des étiquettes », a souligné Monique Goyens, directrice générale du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), à Bruxelles.

Les consommateurs suisses ne sont évidemment pas à l’abri de ce genre de fraude. Aussi bons soient-ils dans le décryptage des étiquettes des produits qu’ils achètent. La FRC – elle aussi membre du BEUC – se joint donc aux revendications de ses collègues, et formule ses exigences dans le cadre de la révision actuelle du droit alimentaire:

  • Le plan de contrôle national doit être organisé de manière à mieux prévenir les fraudes alimentaires.
  • L’ajout d’eau doit absolument être indiqué pour les produits à base de viande.
  • Les succédanés (c’est-à-dire les imitations) de viande – mais aussi de fromage – doivent être clairement signalés, et contrôlés.
  • Il ne faut pas augmenter le nombre d’additifs autorisés dans les préparations de viande, notamment pas ajouter des colorants.
  • Si les insectes sont autorisés comme ingrédient protéiné, leur présence doit obligatoirement être signalée sur la face avant des emballages.
  • Les modes d’élevage interdites en Suisse doivent être clairement signalés. Cette assertion est aussi valable pour la vente en vrac (hormones de croissance, antibiotiques comme stimulateurs de performance, ractopamine, poules en batterie, lapins en cages).
  • Les modes de production peu soigneuses ne doivent pas être camouflés par un trempage de la viande dans des solutions désinfectantes, ni par une irradiation.
  • Les animaux d’expérience ne doivent pas pouvoir être transformés en denrée alimentaire.
  • L’origine de la viande doit être indiquée, y compris quand elle n’est qu’un des ingrédients de la denrée (lasagnes).

Plus d’infos:
Rapport du BEUC avec les tests (en anglais)
Le dossier FRC sur la viande
La page web du BEUC

switch

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre