Article : Alimentation

Huile de palme, invisible et omniprésente

Huile de palme

1.9.2010

Les fabricants ne jurent que par elle, pourtant ils tentent de la cacher. Compréhensible, mais pas très malin.



Huiles et graisses végétales: ces dénominations se retrouvent dans la liste des ingrédients de très nombreux produits transformés comme les margarines, les pâtes brisées et feuilletées, les viennoiseries, le lait et les pots pour bébés, les biscuits ou les plats préparés. Derrière ces notions imprécises se cache souvent l’huile de palme, non recommandée pour la santé et souvent produite au détriment de la forêt tropicale.

Une huile très pratique et lucrative

Le palmier à huile produit de sept à dix fois plus d’huile par hectare que les autres plantes oléagineuses (soja, colza, tournesol), ce qui rend cette dernière très bon marché. Ses caractéristiques physiques intéressent aussi beaucoup les industriels: solide à température ambiante, cette huile peut être stockée longtemps, se travaille facilement et peut être utilisée aussi bien dans l’alimentation que dans les produits cosmétiques. C’est pourquoi elle est devenue l’huile la plus produite dans le monde. L’Indonésie et la Malaisie concentrent plus de 80% de la production mondiale, mais d’autres régions tropicales, en Afrique et en Amérique du Sud, sont intéressées à développer cette culture.

Effet secondaire de la limitation des graisses trans

Ce développement s’inscrit à rebours des recommandations nutritionnelles actuelles de favoriser les graisses non saturées (colza, lin, olive, tournesol) et de limiter les apports en graisses saturées comme les matières grasses animales et les huiles de palme, de coco et de palmiste. Les acides gras saturés favorisent le développement des maladies cardiovasculaires. On ne devrait pas en ingérer plus de 20 à 25 g par jour. Ils sont cependant moins nocifs que les graisses trans, dont l’influence sur ces maladies est nettement plus marquée. Les acides trans d’origine végétale, produits lors du durcissement (hydrogénation) des graisses, sont limités à 2% des lipides d’un produit depuis 2008. Cette décision importante du point de vue de la santé publique est malheureusement en partie responsable de la multiplication de l’huile de palme, qui n’a pas besoin d’être solidifiée artificiellement.

Monoculture indigeste

Les plantations de palmiers à huile se sont développées dans les zones de forêts tropicales, et leur extension est souvent synonyme de destruction pour ces zones très riches en biodiversité. La production pose également des problèmes sociaux, car les populations autochtones sont parfois expulsées de leur territoire pour une culture qui profite aux grands groupes et bien souvent aucunement aux populations indigènes. Bio Suisse, qui certifie un producteur colombien d’huile de palme biologique, enquête actuellement sur des accusations d’expulsions foncières à l’encontre de ce producteur.

Réaction des fabricants

Du côté des fabricants, l’abandon de l’huile de palme n’est pas à l’ordre du jour, la tendance étant l’huile de palme durable. Migros, Unilever, Coop et très récemment Nestlé s’engagent à utiliser de l’huile de palme durable à l’avenir. Cette démarche se concrétise par la Table ronde sur la production durable d’huile de palme (RSPO, une démarche initiée en 2004 par le WWF et Migros notamment), qui a pour but de certifier des productions durables. Les premières récoltes ont eu lieu en 2008 et ont peiné à trouver preneur; la démarche reçoit également des critiques. Selon le fonds Bruno Manser pour la forêt tropicale, un fournisseur malaisien approvisionnerait Migros avec de l’huile de palme certifiée provenant d’anciennes plantations tout en défrichant la forêt pluviale du Sarawak pour en aménager de nouvelles. Migros est en train de vérifier les faits, tout en relevant que le processus de la RSPO n’en est qu’à ses débuts. Peu recommandée par les nutritionnistes, l’huile de palme entraîne aussi la destruction des forêts tropicales. Mise à jour février 2018: malheureusement, le RSPO n’a pas atteint ses promesses, il est sévèrement critiqué par la coalition suisse sur l’huile de palme.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Voir également l’article suivant:

>> Appellation: huile de palme incognito

>> Diététique: huile: Mode d’emploi.

>> Alimentation: beurre suisse porté disparu?

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre