Test : Alimentation

Complément alimentaire: la spiruline est-elle une bonne combine?

19.11.2019, Anne Onidi et Lionel Cretegny – coll.: Barbara Pfenniger

Parée de toutes les vertus, elle livre ses secrets dans l’éprouvette. Car l’étiquette, difficile de s’y fier.



Parmi les membres de la famille des superaliments, c’est elle que la nature a le plus gâtée. Toute jolie dans sa robe bleu-vert, elle cumule des qualités nutritionnelles indéniables. Fer, bêta-carotène, vitamines et minéraux, protéines: la spiruline, c’est comme un légume, mais en concentré, les fibres et les calories en moins. Mais trêve de portrait publicitaire, place à un regard critique.

Intriguée par un rapport de l’Agence de sécurité sanitaire française (Anses), la FRC a souhaité se pencher de plus près sur le berceau de cette poudre prodige. Dans ce document, l’Anses reporte des cas inquiétants de contaminations par des microcystines, des cyanotoxines cancérogènes. Elle mentionne également des exemples présentant des traces de métaux lourds. Notre laboratoire a donc cherché ces éléments dans huit spirulines du commerce. En parallèle, il a mesuré leurs taux de protéines, de fer et de bêta-carotène pour savoir si l’apport nutritionnel est réellement intéressant.

Arsenic surprise

Côté sécurité, les analyses ne montrent aucun cas décrit dans le rapport de l’Anses. L’absence totale de microcystines est un bon point. Pour les métaux lourds, le constat est plus contrasté: si aucun échantillon ne dépasse les doses limites de plomb et de mercure, trois contiennent en revanche une quantité non négligeable d’arsenic. Certes, ce polluant n’est pas réglementé dans la spiruline, mais les doses mesurées dans les produits nu3, Madia Bio et Essenciel dépassent ce qui est autorisé pour le riz. Le fer a beau être prisé dans les compléments alimentaires, il ne doit pas être ingéré en trop grande quantité. Or une dose journalière de spiruline Essenciel contient deux fois trop de fer. En moyenne, les autres en recèlent dix fois moins! Mais répétons-le: aucun de ces chiffres n’a de quoi susciter d’inquiétude. L’Algorigin contient, elle, 111 mg de fer aux 100 g, un taux intéressant qui ne dépasse pas les limites préconisées. Aucune infraction en ce qui concerne le bêta-carotène: les produits en renferment entre 18 et 129 mg aux 100 g.

Festival d’imprécisions

Pas de doute, la spiruline se révèle être une supplémentation intéressante pour qui recherche une source végétale de protéines (lire encadré) ou a besoin d’un apport en fer et en bêta-carotène. Le consommateur soucieux de connaître les quantités de nutriments présents dans le produit se référera aux indications nutritionnelles… quand il y en a. C’est ce que nous avons fait en comparant les valeurs affichées à celles du laboratoire. Résultat: même en tenant compte de l’incertitude de mesure, certains taux étiquetés se révèlent complètement fantaisistes. La palme revient à Essenciel, affichant 104 mg de bêtacarotène aux 100 g, alors que nos échantillons en contiennent dans les faits 23 mg! Une erreur parmi d’autres que le fabricant s’est engagé à corriger.

Au final, le consommateur sera ravi de découvrir que le seul produit helvétique, de très bonne facture, se hisse en tête de classement. Comme quoi, acheter local a aussi ses vertus.

Voir le test des compléments alimentaires sur test.frc.ch

Protéines: la piste végétale

Avis aux lecteurs âgés de plus de 65 ans: leurs besoins en protéines augmentent, passant de 0,8 g par kilo de poids corporel à 1 g. En cas d’apport insuffisant, le tissu musculaire se réduit, ce qui accroît d’autant le risque de chute et de fracture. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas que la viande dans la vie. Quantité de végétaux offrent des doses intéressantes de protéines. Il y a d’abord les légumineuses comme le soja, les lentilles, pois chiches et haricots rouges. Il y a ensuite les pro-duits céréaliers comme le blé, l’avoine, le maïs, le riz, ainsi que les oléagineux, amandes et cacahuètes en tête. Et il y a la spiruline, ce qui lui vaut de susciter des espoirs chez les chercheurs en nutrition. Une cuillerée de cette poudre recèle en moyenne 3 g de protéines, soit plus de 60% de sa masse; 5 g/jour sont recommandés. La question étant de savoir comment l’intégrer dans des recettes; eh oui, pour certains, son goût particulier s’avère désagréable… Verdict: c’est dans les pâtes farcies qu’elle «passe» le mieux.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre