Article : Loisirs

Rendez-vous au cinéma pour d’autres activités

7.7.2022, Aude Haenni

Acheter un billet, croquer des pop-corns hors de prix, se poser face à un écran. Non, le cinéma en 2022, ce n’est plus que ça!



Développer des animations propres, créer des synergies avec des lieux aux alentours, tout cela devrait inciter à s’extraire du canapé pour lui préférer un fauteuil de salle obscure. «Créons une vie de quartier qui nous fait repartir à 2heures du matin, alors qu’un avait juste prévu un resto!» exhorte, optimiste, Meryl Moser, directrice de Cinérive à Vevey (VD). Lire aussi Quand la projection devient événement où les programmateurs racontent le début de cette nouvelle ère qui réinvente le cinéma.

Patriiiiiick!

Ce n’est pas une nouveauté, nombreux sont les cinémas à agrémenter une séance de la présence de l’équipe du film, d’une actrice, d’une discussion avec le réalisateur. «C’est un plus, mais il faut avant tout que le film plaise», pondère Cédric Bourquard. Certes, ce ne sera pas Brad Pitt au rendez-vous à chaque fois, mais selon Adeline Stern, «de tels échanges nous rendent encore plus cinéphiles qu’avant». Alors soyez curieux!

 S’offrir un petit plaisir

Au Cinéma d’Oron, au C.D.D. (Genève), au Minimum (Neuchâtel) et au Zinéma (Lausanne), les salles se privatisent au prix de 25 francs par personne (5 min., 15 max.). «Parti d’un gag, ce service développé pendant le Covid a en fait bien fonctionné, raconte Laurent Toplitsch. Une personne nous a dit qu’elle avait adoré car, en plus de l’accueil, elle pouvait parler sans qu’on l’en empêche!» Car l’impression de passer une soirées entre amis dans son salon (mais en bien plus grand) pour revoir des classiques ou faire des découvertes, ça a clairement de bons côtés!

À Aubonne, pas de location privée, mais place à «Passe ton film!» le mardi. Ou l’occasion de programmer une toile qu’on désire (re)voir lors d’une séance… publique, avec prise de parole en bonus – pour les moins timides!

Soif de culture, mais n’oublions pas son appétit

Ciné-brunch, ciné-lunch, ciné-bouffe, ciné-soupe: il n’y a pas que des cochonneries à grignoter au ciné! À La Chaux-de-Fonds, par exemple, un lundi sur deux à midi, un film et une soupe sont proposés à prix libre (et le seront à nouveau à la rentrée). «Une idée mijotée depuis longtemps afin de permettre à tout le monde de voir des films en fonction de ses possibilités financières et de son temps», explique le Centre de culture ABC. Et pour partager un moment convivial aussi!

 De 4 à 104 ans

La Lanterne Magique, c’est le club par excellence pour les juniors. Mais d’autres programmes se sont engouffrés dans la brèche, parfois avec goûter, activités et graal suprême, sans parents! Dans les cinémas Cinérive, P’tites Planète(s), pour les 3 à 6 ans, cartonne. «Les enfants adorent. On leur apprend ce qu’est le 7e art, ils s’habituent à avoir peur, s’émerveillent, crient! C’est notre public d’avenir», note Meryl Moser, la directrice.

D’ailleurs, seraient-ce les mêmes qui se retrouvent bien installés pour le Cinéma des aînés, Ciné-senior, cinedolcevita ou encore Ciné Après-Midi? Le nom change selon les cantons, mais le concept reste le même: des séances pour un public plus âgé – mais pas que! – l’après-midi, parfois même avec une collation, et bien souvent à prix doux. Et si en plus, un bal dansant est proposé dans la foulée, comment refuser?

 Deux en un

Chez Cinemont et Cinepel, à Delémont et Neuchâtel, c’est avec ses aiguilles et sa pelote de laine que l’on s’installe sur son siège. Lumière tamisée, pause douceur: place au Ciné-tricot! Si, si, c’est possible! Lancé en 2019 en partenariat avec Pro Senectute, cette activité permet de se retrouver pour un moment convivial tout en profitant d’une toile définie en fonction de la programmation du moment.

Au-delà des apparences

Certaines salles abordent des thématiques actuelles, en partenariat avec des centres de psychanalyse, des paroisses, des centres de réinsertion professionnelle, des interventions d’icônes LGBT, etc. Dans cette veine, Cinérive propose divers cycles dénommés Planète(s). «En 2019, à l’ère du #Meetoo, Planète(s) Femmes est arrivé au bon moment, fait remarquer Meryl Moser. Les séances intéressent énormément. Avec un nom clivant, il est par contre plus complexe de faire venir un public lambda à un Planète(s) LGBTQIA+, alors que l’idée est justement de présenter des univers différents du sien.» Passer outre à un titre pour apprendre et discuter de différentes conditions dans nos sociétés, c’est aussi ça, le cinéma!

Et l’inclusion dans tout ça, bis?

À La Chaux-de-Fonds et à Delémont, tout le monde est bienvenu, enfants en situation de handicap compris. «Pour les autistes, il peut être difficile d’aller dans une salle sombre avec un son fort», explique Frédéric Maillard, président d’Autisme Neuchâtel. Aussi, lors des Ciné-douceur, le volume sonore est diminué et les lumières tamisées. Ces quelques séances programmées depuis trois ans sont accessibles à tous, moyennant le prix d’une entrée.

À Morges et à Yverdon, c’est Ciné-sens qui a récemment pris ses quartiers entre quatre murs. Des séances en français sous-titrées pour les malentendants sont au programme chaque semaine et l’idée prochaine d’offrir des séances pour les malvoyants est en réflexion. Mais les copies de films sont malheureusement encore rares.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)