Article : santé

Selon Berne, une réintroduction des farines animales ne se ferait qu'à des conditions très strictes

12.1.2009, Propos recueillis par Aline Clerc

Porte-parole de l'Office vétérinaire fédéral, Cathy Maret se veut rassurante sur le retour éventuel des farines animales au menu des porcs et des volailles.



Pour quelles raisons l’OVF envisage-t- il la réintroduction des farines animales?

Actuellement, seule une part des animaux produits est utilisée: soit 50% du poids du porc qui est commercialisé, et encore moins en ce qui concerne la vache. Le reste est éliminé. Cela pose la question du gaspillage de protéines animales, produites avec une importante quantité de ressources comme l’eau et les fourrages. Or les omnivores, comme les porcs et la volaille, ont besoin de protéines. Actuellement, des céréales sont importées à grands frais de l’autre bout du monde, dans des conditions souvent peu écologiques. Mais une éventuelle réintroduction des farines animales ne se ferait qu’à des conditions très strictes, et beaucoup plus sévères qu’avant la crise de la vache folle.

Quelles sont justement les conditions posées?
Il y en a cinq, qui ont été déterminées avec l’Office de l’agriculture et celui de la Santé publique en 2004 déjà:

1. L’interdiction de nourrir des espèces herbivores, comme les vaches, les moutons ou les chèvres, avec des farines animales sera maintenue. La réintroduction ne concerne que l’alimentation des porcs et des volailles, animaux omnivores.

2. Les seuls sous-produits de l’abattage qui pourraient entrer en ligne de compte sont ceux qui sont irréprochables du point de vue sanitaire et considérés comme propres à la consommation humaine, par exemple des déchets de coupe.

3. Actuellement, il n’est question que de donner des farines à base de porc à des poules et des farines à base de poule à des porcs. En d’autres termes: pas de cannibalisme. A plus long terme, la question d’utiliser des sous-produits de bovins pour les porcs et la volaille se posera.

4. Pour éviter toute contamination croisée – par exemple que des aliments pour bovins soient contaminés dans un moulin par des aliments destinés aux porcs -, il est indispensable de garantir une stricte séparation des filières, de l’abattoir jusqu’à l’exploitation d’élevage. Des contrôles efficaces sont également nécessaires.

5. Enfin, tout assouplissement devrait être coordonné sur le plan international, notamment avec l’UE

Ces conditions sont-elles faciles à remplir?
Toute la question est là. Cela nécessiterait une restructuration de toute la filière, pour éviter des contaminations croisées. Il n’est pas encore sûr que cela soit économiquement intéressant. Nous attendons également des méthodes analytiques pour permettre de déterminer, à partir de farines, l’espèce utilisée. Sans cela, des contrôles efficaces sont impossibles.

Finalement, qui prendra cette décision et quand?
Nous attendons les réactions des professionnels (moulins, fabricants de farines animales, qui sont actuellement brûlées), mais aussi de voir l’évolution au sein de l’Union européenne. Il faut compter en années. Au final, ce sera le Conseil fédéral qui décidera en temps voulu.


Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)