Article : Herbicide

Une commission pour évaluer le glyphosate

Glyphosate

8.6.2016, Barbara Pfenniger

Le Conseil national a accepté d’analyser la présence de glyphosate dans les denrées alimentaires et dans les fourrages pour animaux. Le but est d’une part d’évaluer la toxicité de l’herbicide, d’autre part de comprendre d’où viennent les traces de glyphosate trouvées dans 40% des échantillons d’urine de la population. L’hypothèse incrimine les produits importés, car l’usage du pesticide juste avant la récolte est autorisé à l’étranger alors qu’il est interdit en Suisse. L’étude, dont on ne connait pas encore les auteurs ni les partenaires, devra le démontrer.

La pétition de la FRC, SKS, Médecins en faveur de l’environnement et Greenpeace sera traitée par la commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national (CSEC-N) le 1er ou le 2 septembre.

Pour rappel, le Conseil fédéral avait envisagé en 2013 d’introduire un programme national de biosurveillance en Suisse. Cet outil devait contrôler la concentration de substances toxiques et de nutriments essentiels dans des échantillons corporels humains afin de déterminer la charge chimique de la population. Le glyphosate et son métabolite AMPA étaient sur la liste des substances à rechercher… et ont été abandonnés.

L’Union européenne sur le point de trancher

La Commission européenne va décider d’ici fin juin de prolonger ou non l’autorisation du glyphosate. Aucune majorité qualifiée n’a en effet pu être trouvée parmi les ministres. Lors des votes des ministres à la commission technique, les pays voisins de la Suisse se sont exprimé contre (France) ou se sont soit abstenus (Allemagne, Autriche, Italie). Un signal de méfiance clair de la part de ces partenaires importants de la Suisse.

 

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre