Article : Seconde main

Les peluches, indésirables ?

2.2.2017, Laurianne Altwegg / Khaneeros/shutterstock.com

Moult doudous autrefois adorés figurent parmi les affaires qui encombrent cave ou galetas. Que faire de ces objets qui ont une valeur sentimentale toute particulière ? Nos réponses.



Elles sont devenues inutiles, pourtant impossible de les jeter à la benne! Nos vieilles peluches peuvent bien sûr faire le bonheur des enfants de notre entourage. Encore faut-il qu’elles plaisent. Et il ne faut évidemment pas en posséder des quantités astronomiques… Or c’est trop souvent le cas!

Ceux qui souhaitent se tourner vers les associations caritatives disposant de brocantes où ce type d’objet est revendu, risquent d’être déçus. En effet, à part Caritas qui les accepte généralement dans ses boutiques (à quelques exceptions près), nombreuses sont les associations qui les refusent. Quand bien même elles sont spécialisées dans le jouet de seconde main. Les Ateliers Phénix à Neuchâtel, par exemple, déclarent en avoir littéralement «jusqu’au plafond». Dans les brocantes du Centre social protestant (CSP), le refus est désormais quasi systématique pour éviter que ces objets donnés pour la bonne cause ne finissent à l’incinération. Depuis l’introduction de la taxe au sac dans plusieurs cantons romands, l’arrivée de peluches et doudous est massive, et ils ne sont pas toujours en excellent état. De plus, la demande est faible comparée à une offre plus que pléthorique.

Lancer un coup de fil avant

Du côté de l’Armée du salut, la brocante des Eaux-Vives à Genève indique qu’elle reprend volontiers les peluches mais qu’il existe toujours un risque de refus si le stock est trop important. Même son de cloche chez Solidarité Jouets à Lausanne, il peut s’avérer utile d’appeler au préalable pour s’assurer de ne pas se retrouver avec ses sacs sur les bras.

Il y a malgré cela de nombreux organismes en Suisse romande susceptibles d’accueillir les vieux ours en peluche: pensez à contacter les centres de requérants d’asile ou les associations qui les envoient à des enfants défavorisés à l’étranger. Toutefois, veillez à ne donner que des objets propres et en bon état: le nettoyage peut être fastidieux pour ces associations, et le but est avant tout de faire plaisir.

Que faire du reste? Si vous avez un ours auquel il manque un oeil, des peluches souillées ou mitées par trop d’années passées à la cave ou tout simplement usées, visez les containers de Texaid et Tell-Tex. Tout ce qui est inutilisable pourra être recyclé en rembourrage et le reste sera directement redonné aux organisations partenaires de ces entreprises, telles que l’Aide suisse aux montagnards. Une bonne manière de se dessaisir d’un objet transitionnel.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)