Article : Joaillerie

Bijoux en harmonie avec la planète

4.5.2021, Aude Haenni

Fabriquer des bijoux avec de l’or déjà extrait, c’est encore rare, mais possible. Et surtout écologique.



De nos jours, le domaine de la joaillerie demeure très traditionnel. Si de plus en plus de marques et d’artisans proposent des créations réalisées à partir d’or labellisé, d’autres voient l’avenir du métier avec de l’or recyclé. Point de vue et éléments de réponses avec Emily Lam Clément et Dung Lam, créateurs bullois d’Unique Eden, une gamme de bijoux écoresponsable.

L’or recyclé est-il similaire au minerai pur?

L’or peut être recyclé et affiné pour retrouver sa pureté d’origine: le cycle est perpétuel et durable. Il a donc les mêmes qualités que l’or extrait de la terre et son prix est exactement le même. Seuls les frais d’affinage pour recycler des anciens bijoux pourraient être cités…

Quelle est la nuance entre or labellisé et or recyclé?

Les labels permettent d’éviter les problèmes éthiques liés à l’extraction (conditions inhumaines, travail des enfants, etc.). Cependant, ils ne permettent pas une production responsable et durable. Le problème de l’écologie demeure, alors qu’aujourd’hui, il existe suffisamment d’or pour couvrir l’ensemble de l’industrie bijoutière pour des dizaines et des dizaines d’années.

D’où provient la matière première d’un bijou écologique?

Des entreprises pour les professionnels de la branche bijoutière, à l’image de Gyr Métaux Précieux à Baar (ZG), vendent des matériaux tels que l’or, l’argent, etc. ainsi que des fournitures (fermoirs, chaînettes) d’origine uniquement recyclée. Des clients peuvent aussi proposer l’or et les bijoux qu’ils possèdent aux orfèvres pour transformer ou créer une nouvelle bague ou un nouveau bracelet (lire encadré).

Quelle serait la parure la plus écoresponsable possible?

Celle créée dans des conditions éthiques, avec de l’or d’origine recyclée traçable, et des pierres précieuses cultivées en laboratoire utilisant des énergies renouvelables. Ces pierres offrent une alternative écologique et éthique tout en étant chimiquement, physiquement et optiquement identiques aux pierres extraites de la terre. Et elles coûtent moins cher. Mais ce type de bijou reste encore rare, même à l’échelle mondiale.

Rachat d’or - Prudence de mise

Transformer du vieil or qui traîne dans un tiroir en une nouvelle parure en ravira certains. Peut-être que d’autres préféreront simplement le vendre. Si certains rares orfèvres et joailliers acceptent de racheter quelques grammes – sachant qu’ils n’en font pour la plupart pas de commerce –, d’autres ne reprennent or et bijou que si le client désire les transformer en une création plus personnelle. Aussi, pour glaner quelques pièces, le «riche» détenteur n’a parfois pas d’autre choix que de partir à la recherche d’autres racheteurs d’or… Le début d’une pérégrination!

En effet, le domaine est vaste, et des malhonnêtes s’y faufilent sans gêne. En 2010, l’enquête d’A bon entendeur mettait en garde les téléspectateurs, notamment vis-à-vis d’acheteurs prenant des marges confortables, de plus de 50% parfois. Selon les dires d’un de nos membres ayant tenté l’expérience l’an dernier, la pratique n’a pas l’air d’avoir évolué depuis. Les bijoutiers contactés suggèrent de comparer plusieurs points de vente fixes, basés localement et ayant une expertise, car ils se doivent d’informer de la teneur en or et du prix d’achat proposé. Méfiance surtout à l’égard des itinérants: ils risquent de ne plus être sur place le lendemain et difficilement atteignables.

Traçabilité - Et la provenance ?

L’entier de la chaîne de production doit être contrôlé. Explication.

Alors que la Suisse est le principal importateur d’or du monde, Swissaid révélait dans une étude l’an dernier que du métal douteux pourrait atterrir dans les chaînes d’approvisionnement de joailliers suisses. Le Contrôle fédéral des finances annonçait, lui, que le dispositif actuel pour empêcher le raffinage illégal dans le pays était lacunaire. L’or écologique pourrait-il ne pas être éthique? «Nous nous procurons le matériau auprès d’orfèvres, de bijoutiers, d’acteurs du secteur horloger, de l’industrie et d’acheteurs domiciliés en Suisse, ainsi que chez deux clients étrangers proches de la frontière. Un dossier est tenu sur chacun, y compris la déclaration de provenance des marchandises», assure Gyr Métaux Précieux, ajoutant rejeter catégoriquement des demandes provenant de Dubaï ou d’Afrique. Les biens provenant de particuliers ne sont pas acceptés non plus.

Les clients de Gyr, «des professionnels devant aussi faire preuve de diligence raisonnable dans l’achat d’or», doivent vérifier leurs propres clients, avec des déclarations, des copies d’identité. A noter encore que l’ensemble de la chaîne de production de cette entreprise spécialisée est contrôlée et vérifiée par Responsible Jewellery Council (RJC). Seul bémol: selon Human Rights Watch, les audits des chaînes d’approvisionnement de la joaillerie réalisés par des tiers, RJC compris, sont souvent effectués à distance et les résultats ne sont pas accessibles au public. Il n’empêche, la petite société zougoise ayant lancé sa certification Or écologique en 2013 a toute la confiance des bijoutiers certifiés interviewés. Ceux-ci s’étonnent même qu’il n’y ait pas plus d’artisans dans la boucle de ce circuit fermé qu’ils trouvent fort inspirant.

Recycler l’or… et les masques !

Certains upcyclent des métaux précieux, d’autres les masques bleus. Associée à un certain M. Walz, actif dans le secteur de la création de diamants de laboratoire, la société Mood a découvert qu’il était possible de transformer cet article éminemment présent dans notre quotidien en strass. Désormais on ne jette plus ses masques usagés, on les envoie à l’atelier à Orbe!

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre