Enquête : Capsules de café

Quoi d’autre que Nespresso?

28.1.2014, Anne Onidi / Photo: Apostolos Mastoris/shutterstock.com

Des dosettes qui coûtent entre 10% et 45% de moins que celles de Nestlé. Et pourtant trois de ces capsules compatibles avec les machines dédiées surpassent l’original. Parfois de beaucoup…



Lire aussi notre article: Nespresso modifie ses machines, la concurrence grimace

Quelques grammes de café emprisonnés dans une armure d’aluminium qui, d’un simple clic, deviennent une boisson aromatique fumante. L’invention, qui a vu le jour à la fin des années 1980, a rapidement suscité l’engouement des ménages helvétiques. Il faut dire que le Suisse, avec 9 kilos par an, est le deuxième consommateur de café du monde après le Finlandais.

Il y a peu, les capsules Nespresso étaient les seules à occuper ce marché juteux. Mais, depuis l’«affaire Denner», presque toutes les enseignes proposent leurs répliques maison. Parviennent-elles à rivaliser avec leur prestigieux modèle? Pour ce test, réalisé en collaboration avec nos confrères tessinois de l’ACSI, huit variétés ont rallié le laboratoire, tout comme elles ont été soumises à l’épreuve de la dégustation. Résultat: leurs caractéristiques physiques (humidité, taux de matière sèche) s’avèrent similaires. En revanche, notre jury – six spécialistes et amateurs éclairés – a révélé de grands écarts gustatifs.

Nespresso mezzo mezzo

Produit de référence, l’Arpeggio de Nespresso convainc plus par l’apparence crémeuse de sa mousse que par ses arômes. Avec une note finale moyenne, il se positionne à la quatrième place du classement. Largement en tête, l’Espresso classico de Jacobs a séduit par son goût et son aspect, tous deux très bien notés. Le produit qui arrive en queue, celui d’Aldi, s’avère le moins cher de la sélection. Mandaté pour démasquer d’éventuelles entraves aux règlements, le laboratoire n’a décelé aucune anomalie. Le goût fait donc bel et bien la différence. Le taux de caféine dépend de la variété (arabica et/ou robusta) et du dosage du café. L’arabica en contient entre 8 et 16 grammes par kilo. Le robusta, lui, oscille entre 14 et 30 grammes. Plus riche en caféine, il coûte néanmoins deux à trois fois moins cher.

Et l’impact écologique?

Le système à capsules utilise beaucoup de matières premières, de technologie et d’électricité. On peut donc en déduire qu’il a un impact plus négatif sur l’environnement qu’une machine standard ou qu’une cafetière classique. Or un écobilan publié en mai 2011 par l’Institut suisse de recherche sur les matériaux nuance clairement cette idée. Le choix du café aurait davantage d’impact environnemental que l’outil de préparation (machine classique, à capsules ou simple cafetière).

Ainsi, un café cultivé de manière respectueuse de l’environnement a un impact beaucoup plus faible que celui qui est cultivé à grands coups d’engrais et de pesticides. Cela reste valable, que le café se trouve dans une capsule ou dans une cafetière italienne. Moralité: mieux vaut opter pour un bon café en capsules que pour un mauvais grain dans une cafetière. La Mocca caffè, certifié Max Havelaar, obtient un résultat honorable. Néanmoins, d’autres aspects écologiques font encore la différence: préférer les capsules recyclables et qui ne sont pas emballées individuellement. Et, dans ce match-là, Nespresso sort vainqueur.

Voir les résultats du test de 8 marques de café en capsules

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre