S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Article : Initiative

Pub pour le tabac: réguler, aussi en ligne

11.1.2022, Jean Busché

La Fédération romande des consommateurs soutient l’initiative populaire «Enfants et jeunes sans publicité pour le tabac» car le contre-projet indirect du Conseil fédéral rate sa cible.



La FRC est en faveur d’une régulation du marketing et de la publicité de manière générale. Et d’autant plus quand le public peut être considéré comme vulnérable et le produit dangereux.

Le contre-projet indirect proposé par le Conseil fédéral n’intègre pas la publicité sur internet qui constitue pourtant le nerf de la guerre. Le marketing digital représente en effet une part toujours croissante des dépenses publicitaires. Ne pas l’intégrer contrevient au but de l’initiative et limite dangereusement sa portée.

En effet, face au déclin du nombre de fumeurs et à la restriction des espaces permissifs, les cigarettiers ont innové. A l’instar de Philip Morris International (PMI), qui a développé une cigarette sans combustion considérée comme moins nocive, et qui a aussi innové sur le marketing en misant sur les réseaux sociaux et sur la collecte et le traitement des données des consommateurs.

Les buts sont clairs: établir des modes de comportement et faire penser que le produit n’est pas nocif.

Influence et (data) surveillance

Le fer de lance de Philip Morris, l’IQOS, bénéficie d’une stratégie marketing particulièrement agressive sur les réseaux. En 2020, une étude de l’agence de presse Reuters  dévoilait l’utilisation de jeunes influenceurs au Japon, en Italie, en Suisse, en Russie et en Roumanie. Sur Instagram le hashtag #Iqosambassador cumule des milliers de posts.

L’IQOS permet également à PMI de collecter les données des consommateurs. Les cigarettes embarquent en effet une technologie Bluetooth et s’accompagnent d’une application. L’émission Mise au point, dans son enquête du 7 novembre 2021, a ainsi révélé que PMI s’adonnait à une collecte sournoise des données des IQOS par le biais de bornes stratégiquement placées dans certains magasins ou stands. Vu qu’il ne s’agit pas de données personnelles sensibles, le consentement de l’utilisateur n’est a priori pas nécessaire. Ce qui contribue également à questionner la portée de la Loi sur la protection des données vis-à-vis des objets connectés.

Afin de de tracer efficacement les consommateurs, PMI multiplie également les incitations à la création d’un compte en ligne: points de vente, pop-up stores, boutiques IQOS, possibilité d’essayer les derniers produits, parrainages, etc.

Un rapide coup d’œil sur les dispositions relatives à la collecte et au traitement des données par PMI est édifiant. L’entreprise récupère les informations des consommateurs d’une manière automatisée lorsque ce dernier:

  • se rend dans un point de vente des produits PMI; les données sont par exemple collectées lors du passage en caisse ou par le biais de capteurs se connectant à la technologie mobile installée dans le point de vente
  • assiste à un évènement PMI
  • utilise des points de contact PMI (site internet, dispositifs de traçage intégrés au sein d’une application)
  • poste des publications visibles par le public sur des plateformes de médias sociaux suivies par PMI

L’entreprise est également susceptible d’acquérir des informations auprès de tiers. Il peut s’agir d’informations partagées entre affiliés de PMI ou d’informations de profil accessibles au public figurant sur des sites tiers de médias sociaux tels que Facebook ou Twitter.

 

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)