S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Multinationales responsables

Un contre-projet alibi

13.7.2021

Lors des débats sur l'initiative populaire "Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement", le parlement a adopté une loi faisant office de contre-projet indirect. Las, celle-ci ne permet en rien d'atteindre les objectifs de l'initiative, ce que prouve le projet d'ordonnance d'exécution sur lequel la FRC a pris position.

La FRC ayant explicitement soutenu l’initiative pour des multinationales responsables, estimant que celle-ci concerne directement les consommateurs, elle a participé à la procédure de consultations sur les dispositions d’exécution du contre-projet bien qu’elle n’ait pas reçu d’invitation officielle.

Acceptée par la population, mais rejetée en raison de la nécessité d’obtenir la majorité des cantons, l’initiative demandait que les entreprises ayant un siège en Suisse veillent à ce que leurs activités commerciales respectent les droits humains et les standards environnementaux: des éléments indispensables à une consommation durable. Car, alors qu’il se trouve en bout de chaîne, le consommateur est souvent accusé d’être à l’origine de pratiques peu durables ou éthiques. Or il ne peut être tenu responsable d’acheter des objets ou des services dont il est dans l’impossibilité de connaître les conditions de production.

En effet, si le consommateur achète un vêtement dont le coton provient d’Inde, il est fort probable que celui-ci ait subi un traitement au Paraquat, pesticide hautement toxique et interdit en Europe. Même constat si l’huile de palme qui entre par exemple dans la composition du produit pour la vaisselle vient d’Indonésie ou des Philippines. Idem encore si le caoutchouc contenu dans les pneus est issu de Thaïlande, d’Indonésie ou de Malaisie. Mais impossible pour lui de le savoir puisque la déclaration de l’origine tout comme des conditions de production des composants de ses T-shirts, de ses produits ménagers ou des pneus de sa voiture par exemple n’est pas obligatoire. Il n’est donc pas en mesure d’agir de manière responsable s’il le souhaite et d’influer sur le marché. Tant que les entreprises ne seront pas obligées de se soucier de leurs chaînes d’approvisionnement et des activités de leurs filiales, la durabilité de l’offre ne pourra donc pas s’améliorer et le consommateur continuera a en être considéré responsable.

Afin de respecter la volonté de la majorité de la population, le contre-projet se doit de respecter les objectifs de l’initiative. Or, tout comme l’association Initiative multinationales responsables dont elle est membre, la FRC constate que ce n’est pas le cas. Raison pour laquelle elle a transmis à l’administration fédérale la prise de position préparée par l’association. S’agissant d’un résumé, les détails des propositions sont à retrouver dans la version allemande de la réponse jointe en annexe.

Prise de position de la FRC

Annexe: prise de position complète de l’association Initiative multinationales responsables (allemand)

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)