Article : Textile

Industrie textile: plus verte mais pas plus responsable

En matière de vêtements, la FRC vous va comme un gant

5.6.2018, Laurianne Altwegg / Sk Hasan Ali/shutterstock.com

Si le monde de la confection redore son image, le sort des travailleurs reste peu décent.



En avril dernier, H&M lançait la septième édition de sa collection «Conscious Exclusive» pour laquelle il mise sur les fibres écologiques: lin, coton et soie biologiques côtoient ainsi le Tencel™ – fibre produite à partir de bois de feuillus, d’eucalyptus ou de bambous issu de plantations gérées durablement et certifiées FSC – et le polyester recyclé. Deux matières font leur apparition en 2018: l’argent de chandeliers recyclés et l’Econyl®, une fibre de nylon 100% recyclée à partir de filets de pêche et de déchets de nylon. Cette fibre a comme atout de réduire considérablement l’impact environnemental du matériau et se recycle à l’infini.

Vraies victimes de la mode

Le géant suédois n’est d’ailleurs pas le seul à utiliser du nylon recyclé: la nouvelle gamme de collants «Recycled» de Migros est aussi composée d’une fibre produite sur ce modèle (Q-Nova®). Du point de vue de la durabilité, ces innovations sont à saluer, bien sûr, l’industrie textile étant l’une des plus polluantes de la planète. Toutefois ces quelques vêtements parmi les milliers de modèles produits chaque année ne peuvent faire oublier que cet engagement, anecdotique, détourne l’attention du consommateur d’un enjeu majeur: les conditions de travail de ceux qui oeuvrent tout au long de la chaîne de production.

L’ONG Public Eye rappelait fin avril le triste anniversaire de la tragédie du Rana Plaza, cet immeuble qui s’est effondré sur des milliers de travailleuses au Bangladesh. Cinq ans après, l’événement, qui a réveillé la conscience de nombreux clients, n’a malheureusement pas amené les entreprises à prendre leurs responsabilités, la plupart n’offrant toujours pas de conditions de travail sûres ou de salaire décent à leur personnel.

Pour faire changer les choses, le consommateur a peu d’outils. Il peut signer la lettre ouverte de Public Eye adressée aux marques suisses de prêt-à-porter (Chicorée, Coop, Mammut, Manor, Migros et Zebra), afin qu’elles paraphent l’accord sur la sécurité des bâtiments au Bangladesh. Il peut aussi soutenir la campagne «Turn Around, H&M», sommant le géant du prêt-à-porter de respecter ses engagements en matière de salaires vitaux. Et au final, le consommateur a toujours le choix d’acheter ses vêtements dans des dépôts-vente ou magasins de seconde main qui leur assurent une longue vie ou de privilégier des enseignes qui s’engagent pour une mode responsable.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)