Article : Environnement

Plastique: le greenwashing nuisible de «l’oxo»

4.6.2019, Laurianne Altwegg et Sandra Imsand / Photo: shutterstock.com

Source de confusion auprès du chaland et ne présentant aucun bénéfice environnemental, le plastique oxo-fragmentable doit disparaître.



Imaginez un polymère qui, même issu du pétrole, disparaît entièrement au bout de quelques années grâce à l’ajout d’un oxydant qui le fait se fragmenter en si petits morceaux qu’il en devient biodégradable. Un vrai miracle au coeur des activités d’entreprises telles que Symphony Environmental. Le leader mondial autoproclamé en «technologie plastique responsable pour l’environnement» commercialise des plastiques à la durée de vie soi-disant contrôlée. Sauf que ce fait n’est pas prouvé et que la dégradation du produit dépend grandement de l’environnement dans lequel il se trouve, ce qui pose de multiples problèmes. Primo, lorsque la matière ne se dégrade pas correctement, soit elle demeure entière (quand elle est enterrée ou immergée notamment), soit elle laisse en héritage des microplastiques. Certes, une étude récente du Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche indique que la Suisse est pour l’instant peu concernée par la pollution des microplastiques, mais les dangers qu’ils présentent pour l’humain ou l’environnement sont mal connus.

Deuzio, l’oxo ressemble à n’importe quel autre plastique et ne peut donc pas être trié lors du recyclage, détériorant de fait la qualité de la matière dans son ensemble. Surtout, du point de vue du grand public, qui a déjà du mal à s’y retrouver entre les sacs autorisés ou non pour collecter les déchets verts, l’oxo ajoute encore à la confusion. Avec des allégations du type «100% dégradable» ou «biodégradable», le risque est grand qu’ils finissent au compost, voire dans la nature, avec toutes les pollutions qui en découlent.

Enquête de terrain

Des arguments qui ont poussé la FRC à s’allier à d’autres organismes début 2019 pour demander à la cheffe du Département en charge de l’environnement d’interdire cette technologie en Suisse. Décevante, la réponse de Simonetta Sommaruga n’était qu’une réplique de celle donnée à l’interpellation au National d’Isabelle Chevalley (Vert’libéral/VD), soit d’attendre les résultats d’une étude mandatée auprès de l’Ecole polytechnique de Zurich. Cela alors que la France et d’autres pays ont déjà interdit les sacs oxo et que l’Union européenne est en passe de le faire, après avoir publié un rapport exposant clairement les problèmes de la technologie en 2018.

Si les nuisances de l’oxo ne sont plus à démontrer, reste à savoir dans quelle mesure le grand public y est confronté. Pour le savoir, nous avons envoyé des enquêteurs dans les petits commerces de quatre cantons différents: Genève, Vaud, Neuchâtel et Valais. Au total, plus de 70 épiceries de quartier, pharmacies ou stands de marché susceptibles de distribuer ces sacs ont été répertoriés.

Connaissances floues

Ce faisant, les clients mystères ont relevé la difficulté de différencier un sac oxo d’un autre, en polyéthylène standard. Surtout que l’indication «oxo-dégradable» ou «oxobiodégradable » figure parfois en très petits caractères, et qu’elle n’est même pas obligatoire. Un indice permet cependant de repérer ces produits: ils arborent souvent arbres, éléments végétaux ou slogans faisant croire à un produit respectueux de l’environnement.

Les sacs oxo n’ont été trouvés qu’à trois reprises: dans un magasin de produits du terroir à Sion, un autre du même type à Lausanne, ainsi que sur un stand au marché de Neuchâtel. Interrogé à ce sujet, le gérant de l’enseigne valaisanne a expliqué y avoir renoncé depuis, suite aux remarques de clients. Il avait choisi ces sachets parce qu’ils étaient moins onéreux que les sacs compostables et avaient été présentés comme une alternative «écolo» au plastique traditionnel. A l’usage, leur qualité laissait toutefois à désirer: «Nous avons dû jeter beaucoup de rouleaux car les sacs étaient cassés.» L’effet du fameux oxydant. Désormais, les clients auront le choix entre des contenants en coton, en jute, en papier et des sacs compostables, payants.

Lors des discussions, les commerçants proposant ces produits ont admis que leurs connaissances sur la dégradation véritable des sacs oxo étaient floues. La Société suisse des pharmaciens a de son côté publié en avril une annonce invitant les officines à y renoncer. En espérant qu’elle sera suivie d’effets. Quant aux deux fournisseurs qui vendaient ces articles aux commerces en Suisse, l’un a complètement cessé la distribution, l’autre continue d’en proposer deux modèles dans son assortiment. Aux propriétaires de magasin et aux consommateurs de les refuser et de faire entendre leur voix à ce sujet. En attendant une interdiction enfin définitive.

Coup de griffe: Aligro mauvais élève

Le distributeur commercialise des sacs faits de plastique recyclé prétendument destinés aux déchets de cuisine. Après une remise à l’ordre du canton de Vaud qui a constaté que ces sacs venaient polluer le compost, l’affichage en rayon a été modifié pour indiquer qu’ils sont non compostables. Ils restent toutefois vendus à côté de sacs qui le sont, sans compter leur nom – orgasacs – et le fait que les textes imprimés dessus font penser le contraire. Source de confusion, ce type de produit devrait simplement être banni!

Lexique: les mots qui trompent

BIODÉGRADATION | Décomposition de la matière par des microorganismes présents dans l’environnement qui la transforment en eau, dioxyde de carbone ou compost. Techniquement, même le plastique issu du pétrole pourrait se biodégrader: tout est question de temps (années, siècles…) et d’environnement propice.

OXO | Préfixe signifiant qu’un produit oxydant – p. ex. sel de cobalt – a été ajouté à du plastique traditionnel dans le but qu’il se fragmente à la lumière et à la chaleur après quelques années.

BIOSOURCÉ | Plastique fabriqué entièrement ou en partie à partir de ressources biologiques renouvelables (p. ex. sucre de canne ou amidon de maïs). Il n’est pas pour autant automatiquement biodégradable ou compostable.

BIOPLASTIQUE | Terme fourre-tout qui peut signifier qu’il s’agit de matière biodégradable (d’origine fossile ou non) ou biosourcée, ou les deux.

COMPOSTAGE | Type de biodégradation améliorée par des conditions propices (aération et chaleur) permettant de générer des matières organiques riches en nutriments. En Suisse, seuls les sacs conformes à la norme EN 13432 avec un treillis vert et blanc et labellisés OK Compost et TÜV (ex-Vinçotte) ou Din Certco sont acceptés dans les filières. Attention, compostable n’est pas équivalent à biodégradable dans l’environnement, les conditions y étant très différentes. Donc, pas de sac compostable dans la nature!

Perspective: la fin de l’ère du tout-plastique ?

Oxo ou pas, le plastique n’a plus la cote. Tour d’horizon des mesures, récentes, visant à en réduire l’utilisation.

Genève
Le Grand Conseil a interdit la distribution de sacs en plastique gratuits aux caisses, généralisant ainsi la pratique déjà adoptée par les grands distributeurs. De son côté, la Ville interdit dès 2020 les plastiques à usage unique (couverts, vaisselle, etc.) pour toutes activités bénéficiant d’une autorisation communale (terrasses, foodtrucks, événements, etc.).

Valais
Le Grand Conseil a chargé le Conseil d’Etat d’élaborer une loi allant dans le même sens que celle de son homologue genevois.

Neuchâtel
Après avoir soutenu l’opération «Papaille» (réduction de l’utilisation de pailles en plastique), la Ville de Neuchâtel a lancé l’action «Box ton lunch» qui encourage l’utilisation de récipients réutilisables pour les repas de midi pris à l’extérieur.

UE
Fin mars, le Parlement européen a voté le texte final interdisant les plastiques oxo ainsi que certains objets en plastique à usage unique (vaisselle, pailles, cotons-tiges, etc.) dès 2021.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre