Test : Peintures

Peintures sans solvant mais pas sans risque

5.12.2023, Anne Onidi

Un mur à rafraîchir? Les huit peintures sans solvant testées font très bien l’affaire. Mais nombre d’entre elles contiennent des substances problématiques pour la santé.



On les appelle «peintures sans solvant» et, à vrai dire, cette appellation est inexacte. Elles recèlent un solvant tout de même: l’eau. Mais elles ne contiennent pas de solvants organiques odorants ; elles sentent d’ailleurs nettement moins fort que les peintures d’autrefois! Il serait toutefois faux de croire que ces produits sont exempts de chimie. Tous renferment un liant dont la fonction est d’assurer une parfaite cohésion entre les composants de la peinture. Selon sa nature, les substances indésirables peuvent se multiplier. Et comme certaines d’entre elles s’évaporent – en partie ou totalement – elles polluent l’air intérieur.

Podium Peinture

Des composants nocifs

Nous avons sélectionné huit produits disponibles en grandes surfaces, vendus entre 5 fr. 60 et 9 fr. 40 le litre. Pour savoir si ces pots contiennent des molécules problématiques, nous en avons fait analyser le contenu. Le laboratoire a recherché deux familles de composés: les COV et les COSV. Les premiers sont des composés organiques volatils. Ces substances présentent un risque pour la santé: elles génèrent maux de têtes et problèmes respiratoires. Certaines sont cancérogènes et/ou nocives pour la reproduction. Les seconds ont pour nom complet «composants organiques semi-volatils». Ces substances sont globalement moins problématiques, mais certaines s’avèrent dangereuses pour la santé, au même titre que les COV. Verdict des éprouvettes: les huit peintures testées renferment au minimum deux COSV. Et la plus chargée de toutes contient dix substances volatiles: six COV et quatre COSV.

Résultats peintures

Des valeurs normales

Seule la peinture de la marque Schöner Wohnen vendue chez Jumbo ne contient aucune substance dangereuse pour la santé. Le laboratoire a fait une mesure semi-quantitative, c’est-à-dire que les concentrations mesurées sont indicatives. Reste que la concentration totale va jusqu’à 194 mg de COV/COSV par litre de peinture. C’est celle de la marque Obi qui est la plus chargée, suivie par Alpina. La peinture d’Oecoplan est la moins chargée. Les représentants de la marque précisent que toutes les peintures Oecoplan seront remplacées début 2024 «Afin de rendre ces produits encore meilleurs pour les hommes, les animaux et l’environnement».  Sur les nouveaux bidons, le label de Blauer Engel (voir encadré) sera visible. Pour Davide Staedler, toxicologue et directeur de la société Tibio, active dans le domaine de l’environnement, ces valeurs sont «normales pour des produits destinés à sécher».

Bonnes à très bonnes peintures

Pour évaluer l’efficacité des huit peintures sans solvants, un laboratoire spécialisé a effectué des tests normalisés. But de ces essais: chiffrer leur rendement et leur pouvoir couvrant. Le rendement étant la surface pouvant être couverte avec un litre de peinture, et le pouvoir couvrant, la surface de mur maculé pouvant être couverte avec un litre de peinture, de manière à ce que les taches ne soient plus du tout visibles. Toutes les peintures fournissent de bonnes, voire de très bonnes performances. Leur rendement va de 8,7 m2/l (Miocolor) à 10,3 m2 /l (Obi et Alpina). Leur pouvoir masquant est excellent, même avec ses performances inférieures sur ce critère, la peinture Renovo obtient une bonne note. Ces performances sont bénéfiques pour l’environnement également car elles permettent d’économiser des ressources et de libérer moins de substances dans l’air et les eaux.

Tableau complet en PDF

Une pollution de longue durée

Si l’on se fie à toutes les allégations de respect de la santé et de l’environnement qu’arborent les bidons, on s’emmêle les pinceaux! Des exemples: «Pour un habitat sain», «Sans conservateurs» (écrit sur une jolie feuille verte), «Préserve les ressources», «Respectueux de l’environnement», «Une vie plus sain ». Or, certaines de ces affirmations sont trompeuses. Certes, les peintures à l’eau émettent moins de substances polluantes que les peintures à base de solvants organiques. Mais toutes les peintures que nous avons testées contiennent des substances volatiles, dont certaines sont nocives. En juin 2023, nos confrères français de Que Choisir ont fait analyser les émanations de douze peintures sans solvants. Trois jours après l’application, toutes émettaient des COV et une grande majorité en émettait encore 28 jours après l’application. Les COSV étant moins volatils, ils s’évaporent sur une plus longue période. Dans leur test, nos confrères ont même observé des concentrations plus importantes de COSV dans l’air après 28 jours qu’après 3 jours.

Aérer, c’est la santé!

Quelle que soit la peinture utilisée, il y a lieu d’aérer pendant et durant une longue période après l’application. Le label Blauer Engel garantit des émanations limitées, aucunement l’absence de pollution. Il vaut vraiment mieux peindre ses murs durant les beaux jours, pour pouvoir laisser les fenêtres ouvertes en permanence. Il faut savoir que, même sans avoir fraîchement repeint ses murs, l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur. Les sources de pollution sont multiples: poussière, cuisine, meubles, produits de nettoyage, parfums d’intérieur, bougies parfumées, encens… Pour limiter cette pollution, aérer son logement est indispensable. On recommande d’ouvrir grand les fenêtres, au moins deux fois dix minutes par jour. Oui, même en hiver!

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)