S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Article : Téléphonie mobile

Orange teste la publicité dans les SMS

23.9.2008

L'opérateur a effectué en Suisse un test d'insertion de publicités dans les SMS privés en échange de rabais sur les factures. Une dérive qui inquiète la FRC.



L’opérateur Orange vient de tester sur le marché suisse, en première mondiale, l’insertion de messages publicitaires dans des SMS privés. Sur les 1350 clients Orange contactés, 531 (40%) ont accepté de jouer le jeu durant neuf semaines, surtout des femmes et des jeunes entre 18 et 35 ans », précise la porte-parole d’Orange, Marie-Claude Debons.

C’est le destinataire du message qui acceptera ou non de voir ses SMS privés accompagnés d’une accroche promotionnelle. La publicité devrait ainsi être insérée dans la partie non utilisée du message, la capacité totale d’un SMS étant limitée à 160 caractères. Si vous écrivez à votre conjoint, il pourra ainsi voir le mot doux agrémenté d’une promotion pour des produits de douche ou encore pour de délicieux fromages, relié à un site internet mobile ou à une hotline téléphonique.

Rien de défini

Comparée à sa version traditionnelle, cette nouvelle forme de publicité peut cibler avec précision le contenu de ses messages en fonction du destinataire, de son âge, de ses centres d’intérêt, de sa facture ou encore de sa position géographique. Aux volontaires, l’opérateur promet en contrepartie une réduction de facture. De quel ordre? « Tout reste encore à définir « , répond Marie-Claude Debons. Aucun détail donc sur les baisses de prix qui seront accordées aux clients, ni sur la date d’entrée en fonction de ce système.

Mais l’insertion de la publicité dans les SMS pose d’autres problèmes, à commencer par l’intrusion dans la vie privée, intime même, du consommateur. Désormais, plus aucun canal n’échappe à la publicité, et la sollicitation devient omniprésente. Orange rétorque que cette offre permettra à ses clients de faire baisser leur facture, « s’il le désire uniquement ». Un véritable choix? On en doute. Vu leurs moyens financiers limités, les adolescents sont aussi les plus exposés à la tentation. Or ils représentent la cible prioritaire de ce projet, vu que les volontaires du test « sont de grands utilisateurs de SMS ».

Alcool et tabac, l’inconnu? Autre question en suspens, la perte de maîtrise du contenu. Si Orange affirme que le consommateur a le choix du type de publicités qu’il souhaite recevoir, l’opérateur est-il en mesure de garantir qu’il n’enverra que celles-ci, ou le destinataire risque-t-il au contraire de voir d’autres publicités se glisser dans ses SMS? Qu’en est-il par ailleurs de la publicité pour l’alcool et le tabac? Sera-t-elle autorisée? Si oui, comment se fera le contrôle pour des mineurs disposant de portables? Parmi ces questions pour l’heure sans réponse, une seule certitude: pour les opérateurs téléphoniques confrontés à une forte pression sur les tarifs, ce projet se profile comme un créneau en or pour inverser des revenus à la baisse. C’est aussi un formidable marché pour les annonceurs, si l’on tient compte des millions de téléphones mobiles en circulation.

Nadia Thiongane


Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)