Test : Chocolat

Onéreux lapins à la composition souvent pas impeccable

31.3.2022, Lionel Cretegny / Lausanne, le 14 Mars 2022. Test Frc de Lapins de Pâques au chocolat vendus dans les commerces. Photos: Jean-Luc Barmaverain

Le chocolat des lapins de Pâques est-il de moindre qualité? Non, il ressemble en tout point à celui en plaque. La différence se situe au niveau du prix au kilo, deux, voire quatre fois plus élevé.



Alors que les lapins de Pâques et leurs décorations bucoliques débarquent dans les rayons, c’est l’occasion pour la FRC d’en acheter autant que possible. Notre mission: décrypter étiquettes et compositions. L’offre est vaste, que ce soit au niveau de la taille ou des couleurs.

Du chocolat au prix de la viande

Chez Coop, une plaque de chocolat au lait Naturaplan coûte 1 fr. 95 les 100 g. A titre de comparaison, le même chocolat en forme de lapin coûte aussi 1 fr. 95, mais pour 45 g… Le prix a donc plus que doublé, passant de 19 fr. 50 à 43 fr. 33 le kilo. Pour le chocolat M Sélection de Migros, on atteint même la coquette somme de 84 fr. le kilo.

Pas d’édulcorants pour les enfants

À la fin de notre classement, deux produits sont à classer à part. Sur l’emballage, seule la mention «sans sucre» est visible. Un bon point? Malheureusement non, car ils contiennent des édulcorants et pour repérer leur présence, il faut déchiffrer la liste d’ingrédients. Indépendamment de leurs effets controversés sur la santé, les édulcorants ne devraient pas figurer au menu des enfants. Ils entretiennent l’attirance pour les mets sucrés et stimuleraient l’appétit. En revanche, pour une personne adulte devant s’imposer un régime sans sucre pour des raisons médicales, ces lapins peuvent être une alternative. Et si le but recherché est la perte de poids, ils ne constituent pas une bonne option: la différence de calories avec le chocolat standard est faible, 485 kcal contre 579 pour la version la plus calorique.

Additifs inutiles

Pour fabriquer du chocolat, il faut de la pâte de cacao, du beurre de cacao, du sucre et peut-être un peu de vanille. Et pour le chocolat au lait, on ajoute… du lait. Peu de lapins se conforment à ce canon strict, la grande majorité contenant des lécithines. Ces dernières donnent une sensation de fondant en bouche. Dommage d’ajouter ce genre d’artifice, surtout lorsque ces lécithines sont à base de soja, pouvant provoquer des allergies.

Les labellisés en tête

Lapin croqué égale lapin terminé? Il ne faut pas oublier que 100 g de chocolat, c’est l’équivalent d’une plaque entière. Mais les lapins et leurs fines parois offrent moins de consistance en bouche, ce qui a pour résultat qu’on a tendance à en manger trop.

Au final, les produits certifiés bio s’en sortent mieux dans notre test. Les produits Naturaplan de Coop, Migros Bio, ou Monarc d’Aldi finissent en tête. Leur composition est correcte et leurs valeurs nutritionnelles restent acceptables pour du chocolat. Une mention à l’assortiment «Prix favorable» de Migros. Le chocolat obtient une note moyenne, mais son prix est le plus bas de notre assortiment.

Désolé, ce test n’est disponible en intégralité que pour les membres, qui soutiennent le travail de notre association. Certains tests sont envoyés 6 fois par an via la Lettre FRC gratuite.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)