S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Article : Médicaments

Les «petits» cadeaux résistent, telle une bactérie à un vieil antibiotique…

Bactéries résistantes en médecine humaine

7.5.2015, Joy Demeulemeester / Shutterstock / Bukhta Yurii

La révision de la loi sur les produits thérapeutiques intégrera la lutte contre le développement des résistances aux antibiotiques. En revanche, le Conseil National freine les mesures visant à davantage de transparence et de concurrence.



LPTh: quatre petites lettres derrières lesquelles s’abritent une loi complexe en cours de révision, une centaine d’articles cherchant tant bien que mal à réguler le marché des produits thérapeutiques, une longue partie de ping-pong qui se poursuit entre les Chambres fédérales.

Cette loi a pour but de protéger la santé de l’être humain et des animaux et vise à garantir la mise sur le marché de produits thérapeutiques de qualité, sûrs et efficaces. Les produits concernés sont des médicaments destinés aux humains ou aux animaux, mais aussi toute une série de dispositifs médicaux, allant du sparadrap aux prothèses, en passant les logiciels et autres objets ou substances destinés à un usage médical.

Lors du dernier passage devant le Conseil National, mardi, les dispositions prévues, dans cette révision de la loi, pour limiter le développement des résistances aux antibiotiques chez les bactéries ont été adoptées. La validation de l’article 64 permettra, en effet, une meilleure circulation de l’information et de lutter ainsi plus efficacement contre la multiplication des bactéries capables de résister aux antibiotiques. Comme nous avons déjà souvent relevé que de telles bactéries se nichent, par exemple, souvent dans les viandes de volailles que nous mangeons et importons. La FRC est très satisfaite de cette décision.

Autre point positif: il sera possible d’accorder des autorisations provisoires et simplifiées pour des médicaments permettant non seulement d’éviter la mort du patient, mais aussi une invalidité. Une manière de faire bénéficier le plus vite possible certains patients des avantages de médicaments n’ayant pas encore totalement achevé le processus de validation pour leur mise sur le marché.

En revanche, comme l’a fort joliment dit l’ATS «le National maintient sa fleur à la pharma». La Chambre du peuple ne retire pas sa proposition d’exclusivité commerciale sur certains médicaments, et ceci contre l’avis du Conseil Fédéral et du Conseil des Etats. Si, au final, c’est la position du National qui devait l’emporter, la révision risque de générer des situations de monopoles indésirables, de freiner la concurrence et de retarder la création de génériques meilleur marché.

Autre point de discorde, l’article 57 qui traite d’intégrité et de transparence. L’idée est notamment de prohiber les avantages matériels octroyés aux personnes qui prescrivent ou remettent des médicaments, par exemple. Faut-il le limiter aux seuls médicaments soumis à ordonnance ou inclure l’ensemble des produits thérapeutiques, histoire de faire vraiment le ménage? Et si des rabais sont accordés, faut-il les répercuter totalement sur le client, au risque que celui qui négocie le rabais n’y voie plus d’intérêt? La FRC, qui défend les assurés et patients, est naturellement pour l’adoption d’une ligne très stricte dans la loi révisée afin que la baisse d’un prix soit totalement au bénéfice du consommateur.

L’ouvrage sera donc remis sur la table quand la LPTh repassera une troisième fois devant le Conseil des Etats et la FRC soutiendra alors à nouveau les formulations favorables à nos membres et non au marché des produits thérapeutiques.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)