Article : Litiges

Un organe de conciliation dans les télécoms

21.1.2009, Nadine Frossard

Vous contestez une facture de téléphone, et votre fournisseur ne veut rien savoir? Un opérateur refuse d'annuler l'abonnement conclu par votre fils mineur? Saisissez la Fondation Ombudscom.



Cherchez une solution à ces litiges par la voie de la conciliation en saisissant la Fondation ombudscom! L’organe de conciliation des télécommunications, dont la FRC est l’un des membres fondateurs, vient d’être mis en place.
Sous l’impulsion de l’OFCOM, un groupe de travail, auquel la FRC a activement participé, a mis sur pied toute l’infrastructure qui permettra à la conciliation en matière de téléphonie de se dérouler dans les meilleures conditions.

Progrès importants

Depuis le 1er juillet 2008, tous les fournisseurs de services de télécommunication ou de services à valeur ajoutée (par exemple les 0900) ont l’obligation de participer aux conciliations et de payer les frais de procédure. Jusqu’à présent, la participation était volontaire. Les consommateurs disposent donc enfin d’un organe de conciliation officiel, indépendant et auquel prennent part tous les opérateurs (cf. ci-dessous).
L’ouverture d’un dossier de conciliation entraînera d’office une interruption du délai de prescription, qui est le délai maximum dont dispose le plaignant pour saisir les tribunaux.
Enfin, le financement de cette fondation est garanti par les quatre grands opérateurs, Swisscom, Orange, Cablecom et Sunrise. Le consommateur ne devra pas payer d’émolument. Les avantages de la nouvelle structure sont donc conséquents et ne peuvent que concourir au succès de la nouvelle Fondation ombudscom.
Depuis ses débuts, en mai 2005, la FRC soutient les activités de l’ombudscom, fondée par Swisscom, Orange, Cablecom et Sunrise, et à laquelle les organisations de consommateurs sont associées. C’est donc logiquement que la FRC a collaboré à la création du nouvel organe de conciliation, en application de la loi sur les télécommunications modifiée le 1er avril 2007.

Pour le consommateur, la nouvelle formule présente des avantages importants: il aura toujours un interlocuteur en face de lui, puisque tous les opérateurs doivent participer à la procédure de conciliation.
L’acceptation de la conciliation proposée reste, elle, facultative pour les deux parties.
La prescription est interrompue dès que la procédure de conciliation est engagée. Inutile donc d’envoyer un commandement de payer ou d’engager un procès, tout est automatiquement réglé.
Pas de frais pour le consommateur, ce sont les opérateurs qui financent toute la structure et son fonctionnement.
Le nouvel organe de conciliation fonctionne de manière totalement indépendante et n’est soumis à aucune influence extérieure, pas même celle du conseil de fondation. Son indépendance est donc garantie.


>> Tiré de l’article « Les opérateurs de téléphonie n’ont qu’à bien se tenir », publié dans le FRC Magazine 9, juin 2008

Articles sur le même sujet

    Devenez membre

    Notre association tire sa force de ses membres

    • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
    • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
    • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
    Devenez membre

    Interpellation des grands distributeurs

     
    Nous demandons aux distributeurs

    • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
    • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
    • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
    • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
    • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
    • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

    Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

    29.05.21Marché de Boudry (NE)
    01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
    02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
    04.06.21Marché de Fleurier (NE)
    05.06.21Gare de Lausanne (VD)
    12.06.21Gare de Genève (GE)
    08.06.21Place fédérale (BE)
    12.06.21Marché de Delémont (JU)
    15.06.21Gare de Delémont (JU)
    19.06.21Marché de Fribourg (FR)
    27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
    28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
    28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
    29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
    29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
    09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
    25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
    26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
    05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
    16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)