Article : Coronavirus

Les masques maison, utiles ou dangereux?

Coronavirus

26.3.2020, Sandra Imsand, Yannis Papadaniel / Shutterstock

Des groupes de couture se créent à distance pour en confectionner, des tutoriels circulent sur les réseaux. Mais que valent vraiment ces protections fabriquées chez soi? Avis d'experts.



En coton, en polyester, doublés de polaire, confectionnés à partir de sous-vêtements, dotés d’une encoche pour y glisser un filtre à café ou un morceau de sac d’aspirateur, avec une couture centrale ou plissés sur les côtés: depuis le début de la crise sanitaire, les  masques maison, confectionnés à la machine à coudre ou à la main, font fureur sur les réseaux sociaux. Chacun y va de son avis sur la question et des tutoriels, pour certains estampillés par des établissements médicaux français, circulent sur internet.

Frénésie contreproductive et prise de risque inutile

Si la majorité de ces artisans du masque s’accorde sur le fait que ces articles ne conviennent pas pour un usage médical, l’idée générale exprimée est «c’est déjà mieux que rien» pour les déplacements du quotidien et pour les professions exposées au public non équipées de matériel médical, comme les postiers ou le personnel de vente. Mais que valent vraiment ces objets?

«On est en dehors du cadre légal ou normatif, il est par conséquent difficile répondre de façon déterministe à cette question», explique le professeur David Vernez, chef de département au Centre universitaire de médecine générale et santé publique, Unisanté, à Lausanne. De son côté, le professeur Didier Pittet, chef du service d’infectiologie aux Hôpitaux universitaires de Genève et membre de l’Organisation mondiale de la santé est catégorique: «Il n’y a pas besoin de masque en dehors des situations particulières de soins. Que ce soit en hôpital ou à domicile. Il ne faut pas soutenir cette frénésie à créer des masques en tous genres.»

Une solution de dernier recours, à usage unique

«Il existe plusieurs sortes de masques, explique David Vernez. Les modèles FFP2 sont plaqués sur le visage, ils protègent donc efficacement contre les aérosols présents dans l’air. Ils sont utilisés par les professionnels lors de soins invasifs ou en cas de contact étroit avec les patients. Les masques chirurgicaux servent, eux, à protéger l’autre. Ainsi que soi-même contre les postillons de la personne d’en face lorsqu’elle tousse ou éternue.» Cependant, le spécialiste rappelle que ces masques ne sont pas étanches sur leur pourtour. Si bien qu’en inhalant, l’utilisateur inspire aussi l’air ambiant. «Le virus est de taille subatomique, il mesure moins de 300 nanomètres. Il flotte en suspension et suit le courant de l’air.» Par conséquent, les masques chirurgicaux offrent une protection relative et ne sont pas destinés à protéger des aérosols fins. C’est encore plus avéré avec les masques de fabrication maison, non normalisés. «Dès lors que le modèle n’épouse pas la forme du visage, les particules peuvent traverser. Si on ne peut pas affirmer que ces options n’offrent aucune protection, il ne s’agit que d’une solution de dernier recours, comme de mettre un tissu devant sa bouche. Et cela doit rester une solution à usage unique.»

Le chef de département d’Unisanté voit en effet des risques d’hygiène avec l’utilisation d’un masque maison. «Si c’est pour le porter une fois à l’endroit, une fois à l’envers, le remettre cinq fois dans sa poche ou le retirer pour parler, il n’a aucune utilité. Au contraire, s’il est contaminé, il peut être dangereux.»  Il faudrait donc s’en débarrasser après chaque utilisation. Autre effet pervers, ces masques procurent un sentiment de sécurité totalement erroné, puisque leurs utilisateurs pourraient être amenés à s’exposer ou à sortir plus que de raison.

Pas de désinfection maison

Concernant les méthodes de désinfection maison (four, fer à repasser, vapeur, cuisson à haute température), David Vernez ne les recommande pas davantage. «Il n’y a aucune procédure validée pour la maison. Une lessive effectuée à 95°C viendrait à bout du virus, mais endommagerait la fibre textile.» Les experts cherchent des solutions pour recycler les masques. «Nous sommes en train de recourir à des processus de stérilisation, suivis de processus de tests pour bien vérifier qu’ils sont efficaces et remplissent les critères que nous demandons pour ce type de masques», explique l’épidémiologiste Didier Pittet. Il s’agit d’un véritable enjeu scientifique. David Vernez détaille: «L’oxyde d’éthylène est traditionnellement utilisé dans la stérilisation. Mais le cycle est très long.» La substance biocide s’évapore lentement, durée pendant laquelle les masques ne peuvent pas être utilisés. D’autres processus sont testés, comme une exposition à une haute température et des rayons UV, ou à un gaz comme l’ozone. Le spécialiste déconseille fortement de se lancer dans une désinfection maison, au risque de s’exposer à des produits chimiques dommageables.

Certains profitent de la pénurie de masques et de la peur liée à la situation pour vendre des masques maison à prix fort en en vantant les mérites. Une pratique que les deux experts, de même que la FRC, condamnent fortement.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
28.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
29.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
30.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
01.11.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)