Article : Energie

Pétrole: le vrai choc, c'est pour plus tard

12.1.2009, Luc-Olivier Erard

Pauvre pétrole! Toutes les calamités lui tombent dessus: guerres dans les régions productrices, ouragans sur les raffineries américaines, spéculation, baisse du dollar...



La hausse du prix de l’essence et du mazout, c’est un peu tout cela à la fois, et bien plus encore. Le marché de l’or noir embrouille tous les stratèges. Impossible de dire si le baril de brut sera repassé en dessous des 100 dollars à la fin de l’été, à la faveur de décisions politiques des pays producteurs, ou s’il aura atteint les 180 dollars, à cause d’une forte demande. En attendant, le consommateur trinque.

Sur d’autres marchés, une hausse de prix aussi astronomique aurait causé un transfert vers les solutions alternatives. Pourtant, il n’y a pas moins de bouchons sur les autoroutes, pas plus de monde dans les gares (cf. Vrai ou faux), pas de ruée sur les chaudières à bois. Les Romands restent tributaires du pétrole pour les déplacements comme pour le chauffage.

Ce choc pétrolier pourrait n’avoir pas encore déployé tous ses effets: une hausse du prix des vols est attendue, mais comme les compagnies aériennes stockent leur fioul à l’avance, la hausse n’est pas encore répercutée entièrement. Certaines marchandises, notamment agricoles, pourraient encore augmenter…
Dans un tel contexte, les choix passés pèseront également sur la manière dont est ressentie la hausse: des centres commerciaux qu’un urbanisme imprudent a souvent mis à des kilomètres des centres urbains, et loin de tout transport public, jusqu’aux horaires scolaires qui forcent beaucoup de parents à multiplier les trajets, en passant par la dispersion de l’habitat.

Le lien entre mobilité et santé économique étant de plus en plus étroit, c’est le moment ou jamais de penser à se déplacer autrement, et à changer notre utilisation du territoire (cf. colonne de droite).


Vrai ou Faux?

Le choc pétrolier est bon pour l’environnement 
FAUX Une prise de conscience peut favoriser la recherche de sources d’énergie et de modes de production alternatifs.Mais, dans les faits, ce sont surtout les gisements pétroliers « chers », comme les sables bitumineux canadiens, dont la cote remonte. Et leur exploitation est un vrai désastre écologique à elle seule.

L’argent du pétrole va profiter au Sud 
FAUX L’économiste Philippe Chalmin, auteur d’un rapport de référence sur l’énergie, explique en substance que si certains producteurs (Norvège, pays du Golfe) essaient de mettre de l’argent de côté, il est souvent difficile pour les pays émergents de profiter de la mane pour se développer. L’afflux d’argent du pétrole a souvent constitué une véritable malédiction.

Les Suisses se mettent au train 
FAUX Les CFF peuvent prévoir un afflux massif et rapide de voyageurs pour parer à toute éventualité. Mais, selon Jacques Zulauff, porte-parole des CFF, il n’y a pas d’afflux notablement dû au choc pétrolier, ni pour les voyageurs, ni pour les marchandises. L’affluence dans les trains augmente régulièrement, mais il n’est pas possible d’attribuer ce changement d’habitudes à une cause en particulier.

Il faut attendre pour remplir sa citerne à mazout 
VRAI L’Union pétrolière recommande d’observer l’évolution des prix. Il n ‘est plus recommandé d’acheter le mazout forcément en été. Si vous décidez de remplir à moitié votre citerne, attention! le prix est aussi fonction de la quantité achetée… Pensez à des achats groupés!


Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)