Article : Parfum

L’artisanal, j’adore!

3.2.2021, Aude Haenni

Si l’on ne présente plus les Chanel N°5, Angel de Mugler, Sauvage de Dior, il existe sur le marché d’autres flacons, plus discrets. Et suisses!



Du Grand Genève au Valais, on recenserait plus de 400 sociétés actives dans le secteur des arômes et des senteurs. Givaudan et Firmenich, deux des plus grandes multinationales de la branche, font aussi partie du tissu économique genevois. Pour dénicher un flacon artisanal, la quête est assez ardue. «Ce qui est normal: des nez, il y en a moins de mille dans le monde, une quarantaine en Suisse… Et pour le savoir-faire, on se tourne plus facilement vers les artisans de France, à Grasse notamment, et d’Italie, déclare Emmanuel Levain. A l’Officina Profumo Farmaceutica di Santa Maria Novella, on vous fait sentir des parfums datant de 400 ans. Ici, la renommée porte sur le chocolat et les montres!», sourit le nez français, établi à Belmont-sur-Lausanne.

Ingrédients du monde, assemblage helvétique

Après des années à officier auprès des plus grands, Emmanuel Levain a pourtant décidé de fonder, il y a onze ans, la marque qui porte son nom. Des créations Swiss made donc, mais pas romandes pour autant, pour d’évidentes raisons. «Comme en cuisine, un bon parfumeur se doit d’utiliser les bons ingrédients. Aussi, nos fournisseurs proviennent du monde entier: Arabie saoudite pour le bois de oud, îles Fidji pour une fleur – secrète – qui ne se trouve qu’à cet endroit-là, Toscane pour l’Iris pallida…»
Les matières premières sont transformées en huiles essentielles et assemblées à Belmont. Il en ressort des parfums «sans prix» – jusqu’à 500 000 fr. –, ainsi que des produits plus accessibles, à 180 fr. les 100 ml, «travaillés tout aussi consciencieusement». Le montant dépendant principalement de la matière première, de sa rareté. A titre d’exemple, le litre d’huile essentielle de jasmin de Grasse coûte 150 000 fr. et s’arrache dans son quasi-intégralité entre Dior et Chanel…

Miser sur le naturel et le responsable

Alors que Givaudan sort 20 000 tonnes de fragrances en une année, la petite entreprise réalise, elle, 8000 flacons par an, vendus dans le monde entier grâce aux hautes parfumeries, palaces et au bouche-à-oreille. «Pour faire connaître une marque, cela prend 50 à 60 ans. En attendant, nous n’avons pas besoin d’égérie comme l’actrice Charlize Theron pour autant, rigole Emmanuel Levain. Et même si on en avait les moyens, on ne le ferait pas, car à travers un visuel, on ne sent rien finalement…» Face à un marketing incessant et lassant qui banalise un produit noble selon les dires du parfumeur, l’artisan mise entre autres sur la tendance du naturel. «Aujourd’hui, les gens se demandent ce qu’ils mettent sur leur peau, ils recherchent de la qualité, de l’honnêteté… Ils sont de plus ravis de porter un parfum réfléchi, dont le processus a pris du temps.» Le bulbe d’iris du parfum Tendre Pallida ayant patiemment mis quatre ans à sécher avant d’être intégré en huile dans le jus mérite définitivement sa place au creux du cou!

Conseils: Le choix du coeur

Au sein de Flacon & Molécule, Emmanuelle Grau-Bretin accompagne le client dans le qualitatif et non dans la surconsommation, en proposant des parfums de niche. «Cela ne sert à rien d’acheter le dernier à la mode, d’aller vers une tendance, à l’image des gens qui s’habillent pareil. Il faut se diriger vers ce qui nous correspond.» La designer olfactive conseille ainsi de porter un parfum sur soi avant l’achat, de passer du temps avec lui pour voir l’évolution. «Si la note de tête peut plaire, la note de fond, pas forcément. Et dans l’industriel, la note de fond est souvent moins travaillée…» Quant aux senteurs féminines ou masculines, oubliez-les! «Du floral pour l’homme, du cuir pour la femme, c’est possible. Aucune connotation, aucun interdit, n’écoutez pas ce que le marketing vous dicte.»

3 questions à... Mélanie Mojon Fondatrice de la marque Kokym

Une initiative détonne sur le marché de la parfumerie: la vente en vrac et rechargeable. La FRC a posé trois questions à Mélanie Mojon, fondatrice de la marque Kokym, qui propose une gamme de plus de 100 références.

Vous avez de nombreuses valeurs (hand made, cruelty free, nature friendly), mais la production locale n’en fait pas partie?

J’aurais aimé que mes parfums artisanaux soient suisses, mais mon nez est établi en France. On pourrait faire les mélanges ici, sauf que cela reste plus simple de collaborer avec lui sur place, à la Mecque de la parfumerie (Grasse, ndlr)!

De quoi garder un œil sur les composants, vous qui dites privilégier les matières premières de qualité.

Nos artisans savent qu’il est important qu’un parfum sente bon sans aucune substance douteuse. Sinon, on oublie. Au départ, on colorait, car c’était plus joli sur les étagères! Ce n’est plus le cas, et on voit, typiquement avec la vraie vanille, que le liquide s’oxyde et vire du jaune au brun. Nos productions sont d’ailleurs plus petites afin de vendre du parfum frais tout le temps.

A 39 fr. 90 les 100 ml, vos prix sont très bas comparés aux flacons du commerce. Comment cela se fait-il?

Même s’il s’agit d’eau de parfum, plus qualitative qu’une eau de toilette, on ne paie que le jus et le contenant. Grâce au concept du vrac, on économise sur le packaging!

Composition On veut de l’irréprochable

Comme sur tout cosmétique, l’étiquette d’un parfum mérite qu’on s’y attarde.

Fin 2019, le magazine français 60 millions de consommateurs annonçait que des parfums de marque contenaient de nombreux allergènes, parfois 22 pour un même flacon! Pire encore, des perturbateurs endocriniens avaient été décelés, ainsi que des colorants suspectés d’être cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. En cause: des matières premières problématiques. C’est le nerf de la guerre depuis une bonne vingtaine d’années selon Jean-Pascal Osmont, cofondateur d’Aroval, laboratoire de fragrances à Genève.

«Les molécules de musc synthétique, lentes à désagréger, sont connues pour se retrouver dans l’eau des rivières, le lait maternel… Plus récemment, le Butylphenyl Methylpropional – ou Lilial – a été suspecté de pénétrer la peau et le sang, et d’être potentiellement cancérogène. Un coup sur la tête pour les professionnels de notre domaine…» Créé à la fin des années 1950, le Lilial, avec ses notes de muguet, véhicule une notion de propreté; idéal pour les produits ménagers, d’autant plus qu’il se fixe très bien sur le linge. Très utilisé donc, son prix est tombé bien bas… «On n’utilise quasi plus ce produit synthétique de nos jours, d’autant plus qu’il est connu pour être allergisant.» Au 1er mars 2022, il disparaîtra complètement des cosmétiques, selon une décision de la Commission européenne.

Concernant le Linalol et le Limonene, présents dans les flacons testés par nos confrères, le parfumeur-créateur reste mesuré. «Ils sont certes élaborés en laboratoire, mais recopiés de la nature. On les trouve dans de nombreuses fleurs, dans des huiles essentielles. Et on le sait, même le naturel peut provoquer des réactions allergisantes.» Un parfum hespéridé, frais, contiendra assurément du Limonene; autant s’en méfier si l’on y est sensible. «Si les allergènes touchaient tout le monde, on ne vendrait pas un gramme d’eau de Cologne», sourit le spécialiste.

Toutefois, se passer de certaines substances est possible, des entreprises créant de nouvelles matières premières. Lesquelles prennent tout de même des années avant de voir le jour, surtout si l’aspect de la durabilité est pris en compte. Les résultats sont parfois moins performants, plus chers aussi. «Le Linalol, molécule isolée depuis fort longtemps, est efficace, et son odeur de naturel plaît. Pourquoi certains en changeraient? Dans un métier où la recherche hédonique est essentielle, cela devient parfois compliqué.» En trente ans d’activité, Jean-Pascal Osmont avoue que l’adaptation est devenue nécessaire et la créativité considérable. «Malgré tout, certaines demandes ne tiennent pas la route, comme un 100% naturel sans allergène, quasi impossible à créer!»

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre