Article : Mieux comprendre

L’antibiorésistance, un problème sanitaire complexe

Bactéries résistantes dans l’assiette

8.10.2013, Certains élevages traitent toutes les bêtes aux antibiotiques, alors que seules quelques-unes sont malades. Photo: kornnphoto/shutterstock.com

Qu’est-ce que l’antibiorésistance?

Lorsque les antibiotiques sont consommés à tort ou en trop grande quantité, des bactéries du corps développent des stratégies pour leur résister. On parle de résistance simple lorsque la bactérie a une insensibilité diminuée ou totale à un antibiotique, et de multirésistance lorsque plusieurs antibiotiques échouent à l’anéantir.

La volaille est-elle l’unique viande touchée?

Non, les autres viandes sont concernées, mais dans une moindre mesure. Dernièrement, une équipe de chercheurs suisses a découvert qu’une vache helvétique sur douze était porteuse de bactéries résistantes BLSE. Chez les poulets, c’est un animal sur quatre qui se révèle positif. Le porc et le veau en contiennent aussi.

Quelles sont les causes de l’antibiorésistance?

Certainement l’abus et la mauvaise gestion des antibiotiques chez l’homme et dans les élevages d’animaux. Ces bactéries peuvent également apparaître lors d’une contamination ayant eu lieu durant l’abattage, où les conditions d’hygiène ne sont pas toujours optimales. Les voyages favorisent aussi la prolifération des bactéries. Et l’alimentation? Selon Vincent Perreten, responsable à l’Institut de bactériologie vétérinaire à l’Université de Berne, «même s’il n’a pas été prouvé scientifiquement, le rôle de l’alimentation dans la contamination humaine aux bactéries résistantes est fort probable».

Quand est-elle apparue?

La première bactérie SARM a été isolée en 1961 déjà. En 1995, Vincent Perreten consacrait sa thèse de doctorat à la résistance aux antibiotiques dans les fromages et les saucisses. En 1999, la Suisse débloquait 12 millions pour un projet de recherches axé sur cette problématique. Nommé NRP49, ce programme avait donné naissance au Centre suisse pour le contrôle de l’antibiorésistance (Anresis).

Que dit la législation?

Rien pour l’instant; l’actuelle Ordonnance sur l’hygiène ne mentionne pas les bactéries antibiorésistantes. Raison pour laquelle les distributeurs, invités à commenter les résultats du test, ont tous répondu être dans la légalité. Ce problème constitue pourtant l’une des priorités sanitaires du Conseil fédéral. En juillet dernier, les Offices fédéraux de la santé (OFSP), de l’agriculture (OFAG) et vétérinaire (OVF) ont entamé une stratégie pour lutter contre ces bactéries.

Que peut-on craindre à plus long terme?

Parce que les antibiotiques classiques ne sont plus à même de traiter certains cas d’infections, les médecins doivent de plus en plus prescrire des antibiotiques dits «de réserve». On est sérieusement en droit de redouter que ces médicaments de dernier recours ne deviennent inefficaces à leur tour.

Plus d’infos: interview de Vincent Perreten

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
28.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
29.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
30.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
01.11.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)