Article : Inspirant

La précommande ou l’antigaspi de la mode

Inspirant

31.3.2022, Aude Haenni

Trois, voire quatre minutes: c’est le temps qu’il aura fallu début mars à la Valaisanne Camille Rausis pour écouler sa vingtaine de sweats cousus main.



«Je suis toujours étonnée», rit-elle. Et pourtant. «Même si ce sont des habits un peu plus chers, j’ai une clientèle qui a des valeurs: local et de qualité.» Au vu de la demande, elle a d’ailleurs décidé en 2020 de travailler avec un atelier de couture à Saint-Gall pour proposer d’autres pièces en parallèle, conçues à plus large échelle, «mais en dessous de 100!»

Une réflexion de fond sur la consommation d’habits

Si on parle de la marque Camille Couture aujourd’hui, c’est pour aborder un concept qui détonne dans le milieu de la mode en Suisse romande: celui de la précommande. «Dès le départ, j’ai désiré procéder comme cela. Pour éviter la surproduction et me protéger.» Se retrouver avec des invendus sur le dos, très peu pour elle. Salomé et Célien, du studio X Personnes, ne peuvent qu’acquiescer. «Malgré nos micro-séries, il nous restait toujours quelques pièces à la fin. C’est compliqué, au vu de l’investissement de temps et d’argent…» Une réflexion de fond sur la consommation de vêtements dans notre société plus tard, l’équipe lançait sa première précommande à l’automne 2021. La deuxième est en cours, avec livraison prévue en juin. Entre promesses de qualité et d’éthique, les salopettes et vestes – cousues dans un atelier à Berne – sont quasi uniques, les tissus provenant de fins de rouleaux. «Vu les retours, ça donne envie d’être confiants pour la suite. Les gens nous disent que c’est l’habit qu’ils mettent le plus, qu’ils lavent le plus. Que l’on porte nos créations dans la vie de tous les jours, c’est notre but!»

Des dimensions précises ou un vestiaire

Il n’empêche, en tant que client, franchir le pas demande une certaine confiance, l’achat se faisant à l’aveugle, ou presque. «Pour les vêtements que je couds moi-même, je les montre portés, je note les dimensions. Et je réfléchis à des modèles qui iront au plus de monde possible», indique Camille Rausis. Pour ceux réalisés par l’atelier de couture, des pop-up stores essaiment ici et là, présentant les divers prototypes. Quant à X Personnes, qui se rend bien compte qu’acheter une pièce à 300 francs est un risque, le studio dispose d’un vestiaire à La Chaux-de-Fonds permettant d’essayer, voire même d’adapter les longueurs, si besoin. Alors, prêt à donner un peu de fil à retordre à la fast fashion?

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)