Article : Herbicide

La pétition «Interdire le glyphosate – maintenant!» est déposée à Berne

Glyphosate

4.2.2016, Réd.

Vous avez été 25 340 personnes à signer la pétition initiée par la FRC, Greenpeace et les Médecins en faveur de l’environnement (MfE). Les paraphes ont été déposés aux services du Parlement le 4 février.



En Suisse, chaque année, 300 tonnes d’herbicides à base de glyphosate sont répandus sur les champs, les vergers, les parcs, les voies ferrées et dans les jardins. La pétition demande au Conseil fédéral et au Parlement de les interdire. Ces prochains mois, les autorités suisses et européennes ont en effet à décider s’il faut prolonger l’autorisation du glyphosate.

L’enjeu est d’importance, sur fond de querelle entre le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (CIRC) qui avait classé la substance comme cancérogène probable, et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui recommande de prolonger l’autorisation sur la base de rapports non publiées des fabricants. «Ces divergences montrent que la toxicologie n’est pas une science exacte. En cas de soupçon de cancérogénicité, il faut appliquer le principe de précaution et interdire le produit chimique», relève ainsi Peter Kälin, médecin auprès de MfE. Le chercheur français Robin Mesnage, que la FRC a rencontré lors de son passage en Suisse le 2 février, ne dit pas autre chose. Il nous raconte ses nombreuses années de recherches sur cet herbicide, mais aussi les pressions qui ont jalonné son parcours.

Pour Barbara Pfenniger, spécialiste Alimentation à la FRC, il n’y a pas à tortiller: «Des études indépendantes le montrent: on trouve des résidus de glyphosate dans des denrées alimentaires et des fourrages pour animaux, ainsi que des traces dans leurs urines. C’est inacceptable! La santé des consommateurs doit être mieux protégée, et cela passe par le principe de précaution. Il faut donc que nos autorités interdisent le glyphosate, et maintenant.» Philippe Schenkel de Geenpeace abonde: «Reconduire les autorisations sur la base des informations lacunaires des fabricants serait risqué pour l’environnement, les êtres humains et les animaux. Il est temps de changer la donne.».

Les trois organisations soutiennent la production respectueuses des humains et des animaux, et non l’agriculture industrielle. Interdisons la vente et l’usage du glyphosate dans les jardins privés, en agriculture et par les régies fédérales!

Übergabe Petition Stop Glyphostate in Bern

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre