Article : Culture

La bibliothèque, le lieu qui s’est réinventé

3.7.2018, Aude Haenni / «Dehors, fraises et herbettes; dedans, la grainothèque», explique Isabelle Cardis Isely. Photo: Jean-Luc Barmaverain

Désormais, on y joue, tricote ou échange des graines. Et en été, c’est la bibliothèque qui part en goguette.



La bibliothèque stricte, studieuse et silencieuse fait sa mue. Elle s’inscrit depuis plus de dix ans dans le concept anglo-saxon de «troisième lieu»: «Celui, public et gratuit, situé entre le travail et la maison où l’on se délasse, où l’on échange», explique Isabelle Cardis Isely, responsable de la Bibliothèque Montriond, à Lausanne, installée dans la petite cour entourée de verdure donnant sur le coin enfants. Si le lieu n’oublie pas sa vocation première – le prêt –, il assume de nombreuses autres prestations en faveur de la population. Avec des propositions qui risquent de faire revenir certains dans les établissements de leur enfance.

EN AVANT LA CULTURE | Cela semble logique de participer à un club de lecture adultes, ados ou enfants au sein d’une bibliothèque. D’intégrer un speed-booking. De rencontrer Albertine et Germano Zullo, respectivement dessinatrice et pondeur de mots. On soupçonne moins que l’on peut aussi apprendre à réparer son vélo, consulter une infirmière de la petite enfance, tricoter, s’initier à la magie, découvrir le monde de la robotique. Et pourtant! Si la bibliothèque a une mission informative, elle veille aussi à l’enrichissement culturel, via diverses actions de médiation et d’animation. «La création de ce type de postes nous a permis de nous diversifier, d’intensifier notre rôle de lien social », souligne Yan Buchs, président de l’association BiblioVaud et directeur de la Bibliothèque municipale de Vevey (VD).

PENSER NUMÉRIQUE | Vous partez sur l’île de Skye le mois prochain? Hop, un petit cours de gaélique écossais! La caméra sera du voyage? Le film de vos vacances épatera toute la famille après que vous aurez potassé le cours iMovie. Les plates-formes en ligne de certaines bibliothèques municipales et universitaires permettent de s’initier à la bureautique, au multimédia, aux langues, à la musique, à internet… «Ces outils sont pensés grand public», tient à souligner Frédéric Sardet, chef du service Bibliothèques & Archives de la Ville de Lausanne. Il n’empêche, l’offre numérique vaut le détour. Que ce soit pour les formations ou pour la presse, puisque l’on retrouve des titres de plus de 100 pays différents et en 60 langues, le tout disponible sur tablette numérique – la sienne ou une à emprunter. Ou encore pour l’e-book «qui fait partie d’une réelle demande». «Utile pour les vacances, car on voyage léger, fait remarquer le responsable. Et intéressant pour les personnes ayant des problèmes de vue.»

BIENS COMMUNS À ÉCHANGER | Tanaisie commune d’Echandens, cresson d’Autriche, arroche rouge cultivé à 1500 mètres et pois mangetout côtoient Amélie Nothomb, Anna Gavalda et Michael Connelly. Depuis deux ans, les grainothèques font gentiment leur place dans les bibliothèques. Un moyen de développer la biodiversité en milieu urbain et de transmettre des savoir-faire. Vevey a été la première en Suisse romande. Celle de Montriond est la petite dernière. Le mode d’emploi est simple, conçu sur la base d’un échange libre et non monétaire. «Nous craignions que les gens ne se ruent dessus, que personne ne ramène de semences, relate Isabelle Cardis Isely. Finalement, cela marche bien!» Les graines sont récoltées par les utilisateurs dans de petits sachets, qui déposent à leur tour afin d’alimenter régulièrement la grainothèque. Une charte a été mise sur pied, à lire attentivement et à signer avant de se lancer dans ce qu’Isabelle Cardis Isely appelle «du militantisme à notre échelle!».

UNE PLACE POUR LES GAMERS | «La bibliothèque est un lieu qui favorise le dialogue et les échanges», note Yan Buchs. L’Espace pixel, dédié aux cultures numériques et aux jeux vidéo, va tout naturellement dans ce sens. Créé en février en collaboration avec Gamelab, groupe d’études sur le jeu vidéo de l’UNIL, il met à disposition retrogaming et catalogue de jeux, y compris des indépendants suisses. Conférences, ateliers et thèmes abordés par des spécialistes sont organisés ponctuellement. Et une animatrice en jeux et cultures numériques est à disposition chaque premier mercredi du mois. De quoi rassurer les parents inquiets sur le sujet.

DES LIVRES SOUS LE SOLEIL | Certains établissements ferment durant l’été… et d’autres partent à la rencontre des lecteurs! BD, livres et magazines s’en vont prendre un bain de soleil. Ainsi, les livres voyageurs de la bibliothèque de Pully (VD) se retrouvent à Pully-Plage et ceux de la bibliothèque de Neuchâtel finissent dans un restaurant-bar à ciel ouvert. La médiathèque de Monthey (VS) emmène sa bibliomobile à la piscine, Bibliolac s’installe au Jardin Doret à Vevey et la Mobithèque de Genève embarque à bord bibliothécaires et médiateurs culturels de parc en parc pour parler bonnes feuilles, sciences, Afrique, théâtre selon la couleur thématique du lieu… Si vous avez oublié vos mots croisés, pensez donc à ouvrir grand vos yeux lors de votre après-midi farniente, il se peut qu’une bibliothèque ait de quoi vous dépanner.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre