Récup' chez Blackout.

Article : Recyclage

H&M, Blackout, Vögele Shoes: conscience écolo à mauvais escient

En matière de vêtements, la FRC vous va comme un gant

9.5.2012, Henry Plouïdy / Photo: Sébastien Féval

Depuis peu, plusieurs chaînes de prêt-à-porter reprennent les articles usagés en échange de quelques francs. Sous le vernis impeccable de l’écologie, une machine internationale à faire du… blé ! Enquête.



Blackout, H&M, Vögele Shoes et consorts se sont tous découvert une fibre écologique et ont décidé de faire un geste pour la planète en récupérant une partie des vêtements et des chaussures usagés de leur clientèle. Un sac, quelle que soit sa taille, vaut un bon d’achat de 5 francs à échanger exclusivement contre un nouvel achat d’un minimum de 30 francs dans l’un de leurs magasins – un bon de 1 franc par paire de souliers échangeable par tranche d’achat de 10 francs. Jusqu’ici, tout va bien, sauf que ces détaillants n’ont pas grand-chose à voir avec cette initiative, pas plus qu’ils n’ont d’efforts à faire pour collecter les articles.

Tout est parfaitement orchestré depuis l’Allemagne par la société I:CO, acronyme de I collect, qui, renseignements pris, ne fait que récupérer de vieux habits dans toute l’Europe pour les revendre à des entreprises utilisant les chiffons comme matière première, par exemple l’industrie automobile pour ses contre-portes ou le rembourrage des sièges.

L’écologie dans tout ça? Un joli prétexte, puisque les sacs de vêtements, par exemple, sont ensuite acheminés jusqu’en Allemagne par les camionnettes de DPD, société de courrier qui a mis au point toute la logistique nécessaire. Et quand on demande à H&M ou à Blackout les raisons d’une telle initiative, on a droit au laïus habituel sur la responsabilité sociale. Mais personne n’ose admettre qu’il s’agit d’une opération organisée à large échelle dans laquelle I:CO se fait de l’argent… En faisant venir plus de jeunes dans les magasins qui participent, par l’odeur d’un bon alléchés et convaincus qu’ils font, eux aussi, un geste en faveur de notre belle planète.

Car, en réalité, les chaînes comme Blackout ou H&M ne sont que des pourvoyeurs de marchandise que I:CO vend à profit aux utilisateurs finaux. Mais il faut bien que les marchands du temple y trouvent leur compte, d’où la suggestion d’offrir des bons – et la promesse d’un afflux de clientèle assoiffée d’aubaines. Est-il nécessaire de préciser qu’il fut impossible de localiser précisément I:CO, de connaître son origine et de parler à quiconque directement, et que seul le recoupement d’informations indique que cette société se trouve en Allemagne?

Œuvres caritatives froissées

Les organisations caritatives comme le Centre Social Protestant, Caritas ou la Croix-Rouge genevoise ne trouvent pas cette «promotion» à leur goût, elles qui se sont spécialisées dans le recyclage de vieux vêtements et les monnaient également. Revendre des vêtements usagés et en bon état, par l’intermédiaire de ses friperies, rapporte au CSP par exemple 1 million de francs par an, soit le tiers du chiffre d’affaires de ses activités de revente.

Sauf que, dans ce cas, cet argent est ensuite recyclé pour subvenir aux besoins urgents des plus démunis. «Qu’on n’invoque pas l’argument écologique, de grâce! s’enflamme Pascal Mundler au CSP, la majeure partie des vêtements transportés en Allemagne pourrait être réutilisée ou revendue ici, sans gaspiller des hectolitres de carburant; la véritable notion du recyclage est de réutiliser ce qui est bon, pas de le réduire en poussière!» Moralité? Difficile d’imaginer jusqu’où ira la mauvaise foi environnementale de l’économie.

Mise à jour – février 2017 Fin janvier, le géant du prêt-à-porter H&M a relancé sa campagne de collecte de vêtements usagés. En contrepartie les clients reçoivent des bons d’achat. Si le projet «Close the Loop» visant à proposer une collection faite à partir de fibres recyclées est séduisant, il ne doit pas faire oublier qu’il ne concerne qu’une faible quantité des vêtements collectés. L’objectif premier de H&M reste d’attirer des clients dans ses boutiques et de les pousser à l’achat. De plus, pour cette action, le géant suédois travaille toujours avec I:CO, une entreprise basée en Allemagne. Cela crée une concurrence malvenue pour les organisations caritatives actives dans le domaine du recyclage textile en Suisse. De bonnes raisons de ne pas céder au chant des sirènes et de recycler vos habits dans les filières indigènes.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)