Article : Santé

Assurance-maladie: faut-il changer de modèle pour économiser ?

10.11.2020, Yannis Papadaniel et Jean Tschopp

Les assurés ont jusqu’au 30 novembre pour changer de caisse. Le point pour agir au mieux.



Le casse-tête est saisonnier car en matière de modèle d’assurance de base, il y a à boire et à manger. Notre FAQ vous aide à prendre vos décisions en connaissance de cause et vous évite des déconvenues. Et souvenez-vous: tout changement de caisse doit être parvenu à l’assureur le 30 novembre, anticipez l’envoi de votre courrier!

Quelle franchise choisir?

S’il existe six franchises différentes pour adultes, les plus indiquées sont soit la plus basse à 300 fr., soit la plus haute à 2500 fr. L’expérience montre que des dépenses de santé annuelles inférieures à 2000 fr. rendent la franchise maximale la plus avantageuse. Si les frais sont supérieurs, la plus basse est recommandée.

Quels sont les différents modèles?

Les caisses incitent toujours plus les assurés à opter pour des modèles alternatifs, autre moyen de baisser le montant des primes. Or, qui dit modèle alternatif dit aussi limitation du choix du prestataire et du parcours de soins. Que l’on opte pour la variante Médecin de famille, Réseau de soins ou Télémédecine, on observe que les caisses multiplient les contraintes depuis un certain nombre d’années. Par exemple, passer par des pharmacies particulières pour l’achat de médicaments, rendre le contact par une centrale téléphonique obligatoire avant de se rendre chez un médecin de famille, être à la merci d’une liste tenue à jour par l’assureur pour choisir un médecin.

Comment choisir un modèle?

En tenant compte de différents critères personnels, à commencer par les moyens financiers, les besoins médicaux et le lieu de résidence. Si, par exemple, les réseaux de soins ou les médecins figurant sur la liste d’un assureur obligent à parcourir des kilomètres, peut-être vaut-il mieux renoncer. Il faut également tenir compte du degré de contraintes des différents modèles ainsi que des sanctions éventuelles.

Pourquoi les réserves excédentaires de plus de 11 milliards ne sont-elles pas restituées aux assurés?

La législation actuelle ne promeut en rien la restitution des excédents. Elle dit que si les réserves atteignent un niveau égal ou supérieur à 150%, alors l’assureur peut en restituer une part (celle de son choix) aux assurés. Rien de contraignant à cela. Le Conseil fédéral a fait part de sa volonté d’encourager les compagnies à agir de la sorte plus souvent, mais sans prévoir d’automaticité. La FRC évidemment prône le contraire.

Pourquoi, malgré le niveau des réserves, la tendance est-elle toujours à la hausse des primes?

Parce qu’elles sont calculées de manière assez opaque sur la base d’une projection des coûts à venir et non selon les coûts réels. Chaque assureur y va de sa propre projection sans tenir compte du niveau de ses réserves. Curafutura, l’une des deux faîtières des caisses, demande à ce que les réserves puissent être comprises dans le calcul des primes. La FRC ne soutient pas cette demande: les réserves excédentaires sont souvent le fruit de projections trop élevées. Il est donc normal de ne pas perdre la trace des montants touchés en trop et que ceux-ci soient restitués de façon visible aux payeurs de primes. Ces montants ne devraient pas pouvoir disparaître dans des formules mathématiques qui ne sont pas publiques.

Vous êtes perdu?

Consultez notre comparateur de primes élaboré en partenariat avec la RTS et nos fiches. N’hésitez pas à solliciter la FRC pour un conseil personnalisé à distance jusqu’au 25 novembre.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre