Test : Shampoings

Écologiques, un peu, économiques, pas du tout

31.3.2022, Anne Onidi / Lausanne, le 14 Mars 2022. Test FRC de différents Shampoing Solides du commerce. Photos: Jean-Luc Barmaverain

Conditionnés dans des boîtes en carton ou des emballages en papier, les shampoings solides fleurissent chaque année un peu plus dans les magasins. Si les marques alternatives ont été les premières à les mettre sur le marché, désormais les géants de la branche ont eux aussi leurs gammes solides.



Que valent ces produits d’un point de vue cosmétique? Nos testeurs ont utilisé dix références durant trois semaines et jugent leurs performances satisfaisantes… même s’ils regrettent fréquemment le manque de mousse. En réalité, ce détail ne remet pas en cause l’efficacité des produits. Se passer de mousse est juste une question d’habitude! Grand favori, le produit Lush assure le meilleur rendu en termes de volume, de souplesse et de brillance capillaire. Quant au bien nommé Garnier ultra doux, c’est lui qui adoucit le plus les cheveux.

Économiser l’eau

La formule presque «zéro déchet» des shampoings solides a de quoi séduire. Pour autant, ménagent-ils l’environnement? Hélas, pas tant que ça. Certes, le fait qu’ils ne recourent pas au plastique et soient moins lourds à transporter est un réel plus. Aussi, leurs compositions globalement plus sobres que celles des shampoings liquides sont plus sympathiques pour les eaux…. Mais il y a un mais. Nos confrères allemands de Stiftung Warentest ont comparé les cycles de vie de shampoings solides et liquides. Ils ont conclu que ce qui a le plus d’impact sur l’environnement, c’est principalement la manière dont on utilise ces produits et moins les formules en elles-mêmes. En clair: en abaissant sa consommation d’eau, on diminue plus son impact environnemental qu’en troquant un shampoing liquide contre un solide. Un cosmétique solide n’est donc pas bon pour la planète en soi; par contre, se laver moins souvent les cheveux et économiser l’eau, oui.

Plus simples et pourtant plus chers

Plusieurs emballages de shampoings solides indiquent qu’ils assurent autant de lavages que deux flacons de shampoings liquides. Comme cette affirmation est difficile à vérifier dans la vraie vie, le laboratoire l’a testée sur des mannequins. Et le constat est clair: en moyenne, un pain équivaut à un flacon de 250 ml. Et les moins économiques lavent autant que 175 ml de liquide. Les promesses sont donc vraiment loin d’être tenues. Une fausse économie qui a un impact sur l’environnement, mais aussi sur les finances. Les shampoings liquides Garnier ultra doux, Yves Rocher douceur et Nature Box argan coûtent respectivement 3 fr. 95 (300 ml), 9 fr. 95 (300 ml) et 6 fr. 95 (385 ml). Se laver les cheveux avec ces shampoings liquides revient donc moins cher qu’avec leurs équivalents solides! Le constat surprend, car on s’attend à ce que des produits plus simples soient moins coûteux. Les grandes marques profiteraient-elles de l’engouement pour les cosmétiques écologiques pour faire des profits? Tout porte à croire que c’est bien le cas ici.

Désolé, ce test n’est disponible en intégralité que pour les membres, qui soutiennent le travail de notre association. Certains tests sont envoyés 6 fois par an via la Lettre FRC gratuite.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)