Article : Matériel informatique

Media Markt: "Dis, René, tes réparations sont hors de prix"

21.1.2009, Nadine Frossard

Le service après-vente des magasins bon marché laisse à désirer.



La FRC vous défend

« J’ai acheté un photocopieur Canon chez Media Markt en 2005. Alors que j’effectuais une copie recto-verso, une feuille s’est bloquée. J’ai pu la retirer, mais un morceau de papier est resté coincé, que je ne pouvais ni voir ni enlever. La photocopieuse était dès lors en panne. J’ai soumis la situation à Media Markt, qui m’a indiqué que le scanner devait être cassé et qu’il m’en coûterait 461fr.35 pour le réparer! Méfiante, je suis allée rechercher mon appareil non réparé, et ai réglé les 60 francs facturés pour le devis. J’ai alors soumis l’appareil à de (vrais) spécialistes, à La Bonne Combine, où l’on m’a conseillé de me rendre chez Copyfax. Là, d’emblée, nous découvrons que la porte d’engagement de la cartouche était déboîtée et impossible à remettre en place. Media Markt l’avait simplement emballée dans du papier transparent pour la maintenir, et avait collé un billet: « Important »…
Chez Copyfax, on m’a proposé de verser 50 francs pour vérifier la photocopieuse et tenter de la remettre en service. Le lendemain, j’ai eu l’heureuse surprise de recevoir un téléphone de Copyfax m’annonçant que ma copieuse fonctionnait parfaitement bien. Il ne m’en aura finalement coûté que 107fr.60 au final. » Mme O.

Une fois n’est pas coutume, un membre de la FRC nous a contactés pour annoncer que son dossier était réglé. Merci, Mme O., de nous rassurer.
En l’espèce, le cas est fort intéressant, puisqu’il décrit les circonstances rencontrées très souvent par les clients de Media Markt ou d’autres revendeurs, comme Interdiscount ou MobileZone. Il n’est pas rare que le consommateur découvre que l’objet acheté a un défaut. Il le soumet alors logiquement au service après vente du magasin où il l’a acquis.
C’est à ce moment-là que l’on découvre de nombreuses subtilités insoupçonnées, pour partie justifiées, mais pour partie également nées des talents cachés d’inventivité des collaborateurs du magasin. Ainsi, il est souvent répondu au consommateur que son appareil a subi un dégât d’eau (bien entendu, c’est le consommateur qui a occasionné le dégât, jamais le magasin ou le transporteur) ou qu’il a reçu un choc (là encore, c’est le client qui a forcément laissé tomber l’appareil), ou encore qu’il est irréparable, à moins d’une réparation très coûteuse. Arnaque? Incompétence? Raccourci facile pour inciter le consommateur à acheter un appareil neuf? Nous ne nous aventurerons pas ici à jeter la pierre.
Contacté directement par Jacqueline Oberson, le directeur général de Media Markt lui a promis de se renseigner auprès de l’atelier chargé d’effectuer les réparations et lui a envoyé un bon de 60 francs. Nous verrons donc si les consommateurs seront traités différemment à l’avenir.
Il n’en demeure pas moins qu’il est encore trop fréquent de s’entendre répondre que l’appareil a reçu du liquide ou a subi un choc. Le problème, en l’espèce, compte tenu des dispositions légales applicables, c’est qu’il appartient au consommateur de prouver soit qu’il n’y a eu ni liquide, ni choc, soit qu’il n’est pas lui-même à l’origine du dégât constaté.
Autant dire que, tant que la situation n’aura pas évolué vers plus d’honnêteté de la part des grands distributeurs, le client aura encore à lutter pour faire triompher sa version des faits…


>> Tiré de l’article « Media Markt « Dis, René, tes réparations sont hors de prix », publié dans le FRC Magazine 4, janvier 2008

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)