Article : Cosmétique

Dentifrice blanchissant: pas de coup d’éclat

2.2.2017, Lionel Cretegny / shutterstock

La promesse d’un sourire éclatant fait vendre. Les pâtes miraculeuses figurent donc en bonne place dans le rayon, mais que valent-elles?



Dents resplendissantes, couple harmonieux, enfants joyeux: voilà l’idéal publicitaire pour dentifrices blanchissants. En quelques semaines, sans trop d’efforts, ces produits sont censés transformer la dentition, la rendant blanche et brillante. Nous avons voulu nous assurer que ces belles promesses n’étaient pas simplement de la poudre aux yeux. Neuf produits achetés en grande surface et en pharmacie se sont retrouvés sur le banc d’essai. Ils ont été confrontés à un dentifrice normal, à titre de comparaison.

Le test se décompose en trois parties. Un premier volet porte sur les mesures effectuées en laboratoire concernant la quantité de fluor et l’abrasivité. Puis les produits ont été utilisés par des volontaires âgés entre 18 et 65 ans afin d’évaluer le pouvoir nettoyant et blanchissant. Enfin, nous avons scruté les emballages et décodé ce qu’ils annonçaient.

L’émail victime de l’abrasivité

Hygiène
Choisir le bon dentifrice

L’abrasivité est une caractéristique importante pour tous les dentifrices. Mais elle s’avère d’autant plus déterminante pour un produit blanchissant. Plus sa valeur est élevée (cherchez le RDA, idéalement inférieur à 80, quand il figure sur le tube), plus la pâte sera agressive. Or, un dentifrice trop abrasif nettoiera certes intensément, mais il usera les dents dans le même temps. Une usure mécanique qui provoquera un amincissement de l’émail et fragilisera définitivement la dentition. A ce jeu-là, il est important de ne pas vous brosser les dents avec toute la vigueur possible: vous ne pourriez que développer une hypersensibilité dentaire, voire un retrait de gencive!

En parallèle, chaque dentifrice a été utilisé durant un mois par 30 volontaires. La teinte et la réflexion à la lumière ont été comparées avant et après le traitement. Au terme de ce processus, la tolérance ainsi que les dommages dus à l’abrasion ont été vérifiés sur chacun par un dentiste.

Des résultats blanchissants médiocres

Aucune pâte n’a eu d’effet blanchissant réel sur plus de six personnes du panel. Ce qui justifie la très mauvaise évaluation dans ce domaine. Ensuite, les volontaires ont dû répondre à des questions concernant la texture, le goût, l’haleine, leur perception de l’effet blanchissant, la manipulation du tube et la tolérance au produit. Tous ont été jugés au moins satisfaisants.

Vous souhaitez savoir ce que contient un produit?
Remplissez notre formulaire!

La troisième phase a consisté à décortiquer l’étiquette, notamment vérifier la présence des informations exigées par la loi. Le taux de fluor annoncé a aussi été comparé avec celui mesuré. Pas de problèmes de ce côté-ci. Seul bémol, tous les produits n’indiquent pas le taux d’abrasivité, information pourtant importante dans ce contexte. Dernier aspect, l’examen de la taille des lettres et de leur couleur a permis de mettre en évidence que quelques produits présentaient des problèmes de lisibilité. De plus, lorsque l’article est emballé dans un carton, la liste d’ingrédients n’est pas toujours répétée sur le tube.

Au final, aucun dentifrice n’obtient une note supérieure à 60, car les promesses de blanchiment ne sont pas tenues. Ce type de produit est souvent choisi au détriment d’un dentifrice traditionnel alors qu’il coûte plus cher. Le consommateur serait alors en droit d’attendre un résultat probant. Seul échantillon qui tire un tant soit peu son épingle du jeu, Colgate Max White Expert White: bon taux de fluor, faible abrasivité (63) et nettoyage efficace. Sauf qu’à ce prix-là, un dentifrice standard suffit.

Voir notre test des dentifrices blanchissants sur test.frc.ch

Allégations

Des paroles en l’air!

Les dentifrices entrent dans la catégorie des cosmétiques. Ce qui signifie qu’aucune base légale n’oblige les fabricants à prouver l’efficacité de leurs produits.

Les services marketing ont donc champ libre pour mettre en valeur les produits et ne se gênent pas d’inscrire des promesses mirobolantes sur les emballages.

Ainsi, ne vous laissez pas influencer par des phrases comme «efficacité prouvée cliniquement»: il n’en est rien. Le fait d’assurer que les dents auront éclairci d’un ton en une ou deux semaines ne vaut pas mieux. Mais la palme de l’allégation la plus farfelue de notre échantillon revient à «contient un ingrédient utilisé par les dentistes». Il s’agit de peroxyde d’hydrogène (de l’eau oxygénée), effectivement utilisée par les dentistes. Cependant, le professionnel peut utiliser des concentrations élevées et efficaces, avec un matériel inaccessible aux particuliers.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre