Article : Consommation durable

Défi: elles refusent de laver leurs jeans

En matière de vêtements, la FRC vous va comme un gant

4.9.2018, Aude Haenni

Elles n’ont pas lavé leur pantalon depuis un an et en sont fières. Deux Genevoises racontent.



A l’automne 2017, les Universités de Genève et de Lausanne, en collaboration avec Terragir, se sont inspirées de «Nobody was dirty», thèse de philosophie de l’Australienne Tullia Jack, afin de lancer un défi à quinze Romands: porter un jeans un mois sans le passer en machine! Cela pour démontrer que laver ses vêtements trop fréquemment serait inutile. Vraiment? Retours plus que positifs de Sarah Duvillard et Catherine Aymon.

Comment s’est déroulé ce défi pour vous?

CA Après avoir choisi notre jeans dans un petit magasin, nous avons dû le porter cinq jours sur sept durant un mois, non sans avoir été auparavant informées du but de l’expérience, de son contexte et de ses exigences.

SD Résultat, après ces quatre semaines, on s’est dit que l’on pourrait prolonger le défi sans problème. On n’a jamais eu le sentiment d’être sale. Mais plutôt l’impression que le vêtement s’était adapté à notre corps.

CA Pour une raison qui m’échappe, mes autres paires se salissent, elles. Tandis qu’avec ce jeans, on ne ressent même pas le besoin de le mettre à la machine. D’ailleurs, ceux du défi n’ont jamais été lavés!

Qu’en a pensé votre entourage?

SD Certains m’ont demandé pourquoi je m’infligeais ça, d’autres m’ont reniflée! Mais au final, cela a amené des discussions, de l’intérêt.

CA Il a pourtant été difficile de convaincre les gens de faire pareil, alors que le constat de tous les participants a été le même: ces jeans ne semblent pas du tout crasseux!

Est-ce que votre attitude a changé?

SD J’aère beaucoup plus mes vêtements avant de les ranger. Et lorsqu’il y a une tache, je ne lave qu’elle avec un peu d’eau et une brosse, plutôt que de mettre le vêtement au sale. Depuis, je fais une lessive toutes les trois semaines, à 30 °C principalement, parfois à froid.

CA J’ai aussi réduit la chaleur, ainsi que la quantité de détergeant. En espaçant aussi les lessives, j’ai donc dû m’acheter de nouveaux sous-vêtements! (Rires)

Avez-vous transposé le défi à tous vos habits?

CA Je ne l’aurais pas réalisé avec une blouse. Et puis il faut adapter le challenge à son quotidien; si l’on fait de la peinture, que l’on a des enfants, un chien… on voit la chose différemment.

SD C’est pour cela qu’il faut aussi penser à protéger ses habits, à les respecter!

Qu’avez-vous appris au travers de cette expérience?

CA Pour avoir vécu en Amérique du Sud, une vie axée sur son jour de lessive, le risque de ne pas être propre, m’a toujours choqué. Le défi m’a confortée dans mon opinion.

SD Ici, nous avons des idées préconçues sur la propreté et la saleté: l’expérience aide à apporter une autre vision. Peut-être aussi à accepter les odeurs corporelles naturelles… jusqu’à une certaine limite!

Cet article est paru dans le magazine FRC Mieux choisir sous le titre «Jeans challenge relevé!»

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)