Spécial Coronavirus
cliquez ici

Article : Point fort

Contraception: un choix qui se fait de plus en plus à deux

28.4.2020, Aude Haenni / L’accès à l’information n’est pas simple. Recourir à une conseillère en planning familial permet d’aborder la réflexion en profondeur. Photo: Jean-Luc Barmaverain

Pilule, symptothermie, dispositif intra-utérin, les moyens ne manquent pas. Reste à trouver le plus adéquat. Le (petit) tour de la question de la FRC.



Symbole de la libération féminine qu’elle a incarnée depuis les années 1960, la pilule a vu sa réputation sérieusement s’entacher suite aux différents scandales des 3e et 4e générations. Depuis, les chiffres annoncés ici et là semblent démontrer que les femmes sont de plus en plus enclines à abandonner la contraception hormonale. «Les statistiques suisses sont rares, mais il y a effectivement davantage de discours dans ce sens, de discussions ordinaires entre femmes sur le sujet et surtout d’espaces pour en parler», relève Alexandra Afsary, doctorante à l’Unil, qui s’intéresse depuis 2013 aux expériences contraceptives d’un point de vue sociologique et anthropologique.

La contraception, aussi une affaire d’homme

Article connexe

La contraception, aussi une affaire d’homme

Rencontrant de nombreux couples pour évoquer leur parcours de vie à ce sujet, la chercheuse a constaté que ceux qui souhaitaient d’autres options se référaient principalement à trois raisons: «L’impact négatif sur la santé vient en premier, mais ce ne sont pas les problèmes graves qui sont nommés; plutôt les migraines, les idées noires, la perte de libido… Une majorité de femmes relient les hormones de synthèse à ces symptômes. D’autres découvrent une énorme poussée d’acné en arrêtant leur contraception hormonale, et réalisent son action sur leur corps. Enfin, il y a cette remise en question, en tant que femme, d’assumer la responsabilité contraceptive.»

Aussi, certains couples se retrouvent désormais plus aisément dans d’autres méthodes. A l’image du préservatif, du stérilet au cuivre, de la symptothermie, et même du «bricolage» (observation durant l’ovulation et préservatif). Ils font leur choix selon leur situation de vie, ou selon une notion de sécurité.

Le meilleur choix est un choix libre

Qu’elle soit hormonale ou non, au cuivre, naturelle et même permanente, «le choix de la méthode est au final très personnel», fait remarquer Angela Walder-Lamas, conseillère en santé sexuelle et sage-femme à l’Unité de santé sexuelle et planning familial des HUG à Genève. Et comme le dit si bien le médecin Martin Winckler dans son ouvrage de référence Contraceptions mode d’emploi: il faut tenir compte du fait que, tout comme la sexualité, la contraception change avec la vie. Il souligne aussi que «la meilleure contraception est celle que la femme (ou le couple) choisit librement, en connaissance de cause».

Si ce n’est que «l’accès à l’information n’est pas si simple, relate Alexandra Afsary. Les gynécologues orientent leurs patientes vers ce qu’ils connaissent, alors même que les femmes n’ont pas toutes les mêmes envies. De ce que j’ai pu observer, il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès d’une conseillère en santé sexuelle de planning familial, qui va aborder le sujet en profondeur, car son métier lui permet de prendre le temps.»

Le pharmacien dispose également d’une vue d’ensemble. Son rôle est aussi de conseiller.

Quel dispositif pour qui ?

A l’Unité de santé sexuelle et planning familial des HUG justement, c’est encore la pilule qui est choisie en deuxième intention – après le préservatif – par les jeunes de 16 ans. «Elles ne désirent souvent qu’une chose: éviter une grossesse», explique la conseillère. Moins dosée qu’à ses débuts, la pilule représente une contraception «simple» pour qui ne présente pas de facteurs de risque. «Des femmes ayant arrêté à cause de la controverse l’ont finalement reprise, car elle leur convenait très bien», fait remarquer Alexandra Afsary. A ajouter à cela des règles moins douloureuses et moins abondantes. Un point qui peut faire pencher la balance chez certaines. En effet, «les règles – qui peuvent être irrégulières, abondantes ou douloureuses selon la méthode – jouent aussi un rôle dans le choix de la contraception», notent les deux spécialistes.

Concernant le patch et l’anneau, tout aussi efficaces, le frein se situe au niveau économique, car ils sont plus chers. Quant au dispositif intra-utérin (DIU), pratique car sans risque d’oubli, il n’est pas forcément bien accepté, étant logé à l’intérieur du corps. Sans oublier des règles irrégulières durant six mois s’il s’agit d’un DIU hormonal. En outre, «il est contre-indiqué chez une femme avec des saignements anémiants ou des troubles du cycle».

Quant au préservatif, moyen de contraception le plus utilisé en Suisse (et le seul à protéger des MST), il n’est pas considéré comme le plus sûr par le milieu médical pour se prémunir contre une grossesse non désirée. Question de comportement. «Oui, il est facilement accessible et à n’utiliser qu’au moment des relations sexuelles. Mais il peut casser, glisser, on peut le retirer au mauvais moment, le garder dans sa poche… Pour que cela fonctionne, il faut avoir anticipé et en avoir sur soi. De plus, le partenaire doit pouvoir l’utiliser correctement et le couple être à l’aise avec la gestion de la pose. Autrement, dès qu’il n’y a plus de risques d’MST, on préférera une contraception quotidenne», admet la conseillère Angela Walder-Lamas.

Pas de risque zéro

«Dans un monde où l’on privilégie le risque zéro», les gynécologues proposent les méthodes hormonales et DIU au cuivre. Les méthodes dites naturelles semblent bien moins citées… «La symptothermie est pourtant valorisée dans de nombreux milieux», souligne Alexandra Afsary. Basée sur l’observation de la glaire cervicale, de la température au réveil et de l’autopalpation de l’utérus, «la technique est sûre, reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), acceptable pour les plannings familiaux», fait encore remarquer la doctorante. «Elle est fiable, continue Angela Walder-Lamas. Mais on ne la recommande pas à des jeunes de moins de 20 ans ou dans des situations de fragilité, où l’apprentissage pourrait être difficile. Mais s’il y a une forte motivation et implication du couple et qu’elle est en adéquation avec leur situation de vie, pourquoi pas! Elle peut être vécue comme idéale dans une démarche de partage de la charge contraceptive entre partenaires.»

Les méthodes sont-elles toutes aussi fiables?

L’indice de Pearl indique le pourcentage de femmes tombées enceintes en ayant utilisé la méthode en question durant un an. L’efficacité théorique (utilisation parfaite) est comparée à la pratique, aux chiffres toujours plus élevés de par des erreurs d’utilisation (contrainte d’auto-observation, oubli de pilule, usage incorrect du préservatif, etc.). La différence peut aussi varier selon la méthode et le groupe de population étudiés.

Cliquez pour agrandir – Sources: OMS 2011/2015 – Angela Walder-Lamas, Unité de santé sexuelle et planning familial, HUG

La présentation exhaustive des méthodes de contraception en PDF.

Méthodes naturelles Cela vaut mieux que rien!

Sur sex-i.ch, site très complet de l’organisation Santé sexuelle suisse, la méthode Ogino, le coït interrompu ou les spermicides sont listés comme des méthodes peu sûres, avec des taux d’échec élevés. Reprenant le propos de Martin Winckler, Angela Walder-Lamas le rappelle: toute contraception vaut mieux que pas de contraception du tout. «Il faut valoriser toute démarche de protection, même imparfaite. Cela amène en consultation une réflexion vers une contraception plus adaptée et efficace. Le retrait est même considéré par l’OMS comme une méthode contraceptive acceptable quand elle est utilisée en espacement des naissances et que le couple est prêt à assumer une grossesse. Mais elle reste à déconseiller fortement si les partenaires savent qu’une interruption devrait être choisie!»

Coût annuel: le prix, une question complexe

S’il demeure difficile de chiffrer le coût de la contraception, l’émission de radio On en parle (RTS) a relevé l’exercice en juin 2019. Avec une moyenne d’un rapport par semaine, un préservatif coûterait entre 25 et 150 fr. pour un an. Pour la pilule, il faudrait débourser de 100 à 300 fr. Le patch et l’anneau grimperaient à 300 fr., voire un peu plus. En adoptant le stérilet (DIU) pour cinq ans, il faut compter de 30 à 100 fr. par an. A noter encore que pour trente ans de vie sexuelle, la ligature des trompes reviendrait à environ 80 fr. par an, et la vasectomie à 25 ou 35 fr.

Application: quel crédit y accorder?

L’automne dernier, les Français de 60 millions de consommateurs se sont penchés sur les applications qui permettent un suivi des règles. Conçues pour augmenter les chances de tomber enceinte, elles sont utilisées en parallèle par des femmes qui désirent se tourner vers une contraception non hormonale. Résultats (peu probants):

CLUE, FLO | Des chercheurs ont comparé les prédictions des jours de fertilité en utilisant la méthode du calendrier proposée par ces deux outils avec les dates effectives d’ovulation. Pour en conclure que les prévisions étaient souvent incorrectes. D’ailleurs, Clue avertit qu’elle «ne doit pas être utilisée comme méthode de contraception». Flo le note dans ses conditions générales d’utilisation.

NATURAL CYCLES | Bien que cette application soit la seule à répondre aux normes européennes, elle se base sur la méthode de la température corporelle, qui reste, isolée, très peu fiable dans la vie réelle. Les chiffres d’efficacité pratique de l’app (93%) sont remis en doute par des scientifiques, qui estiment que l’étude souffre de «méthodes très inappropriées pour calculer l’efficacité».

OVUVIEW, LADY CYCLE | Ces deux applications utilisant la méthode de la symptothermie n’ont pas été testées scientifiquement jusqu’à présent. Pour le Pr Grynberg, chef du Service médecine de la reproduction et préservation de la fertilité dans deux hôpitaux d’Ile-de-France, «ces outils peuvent être une aide, mais d’une fiabilité relative. Les utiliser comme seul moyen de contraception ne garantit en rien le fait de ne pas tomber enceinte.»

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre