Article : Substances indésirables

Colorants alimentaires: lesquels fuir?

Oeufs et lapins de Pâques

28.3.2018, Anne Onidi / Photo: shutterstock.com

A Pâques, les distributeurs mettent particulièrement en avant quantité de friandises multicolores. Le moment idéal pour faire le point sur les colorants qui les composent!



Ils entrent dans la liste d’ingrédients des bonbons, chewing-gums et autres sucreries. Evidemment, les colorants alimentaires n’ont aucune valeur nutritionnelle. Mais ont-ils un impact négatif sur la santé? La question préoccupe particulièrement les parents, puisque les colorants sont essentiellement destinés à séduire le jeune public. L’éclairage de Barbara Pfenniger, spécialiste en alimentation de la Fédération romande des consommateurs.

Combien de colorants existent sur le marché?

Barbara Pfenniger: Il y en a 40 exactement, portant des codes compris entre E100 et E161. Certains sont d’origine naturelle et d’autres, synthétisés chimiquement.

Les colorants d’origine naturelles sont-ils inoffensifs?

Non, pas forcément. Le rouge cochenille ou carmin (E124), un colorant naturel d’origine animale, est un allergène déconseillé aux enfants. La riboflavine (E101) peut quant à elle venir de sources naturelles ou être synthétisée à l’aide d’organismes génétiquement modifiés. Ce qui ne pose pas de problème sanitaire direct, mais soulève certaines questions. A côté de cela, des extraits de plantes comme le rouge de betterave (E162), l’anthocyane (E163) ou la lutéine (E161b) sont inoffensifs.

Comme le E124, y a-t-il d’autre colorants à déconseiller aux enfants?

Oui, en plus du rouge cochenille (E124), les colorants suivants ne devraient pas être administrés à des enfants: E102 (tartrazine), E104 (jaune de quinoléine), E110 (jaune orangé), E120 (cochenille), E122 (azorubine), E123 (amarante), E127 (erythrosine) et E129 (rouge allura). Bon nombre de ces substances appartiennent à la famille des colorants azoïques, dont les effets négatifs sur l’attention des enfants sont soupçonnés. Dans l’Union européenne, les produits qui contiennent ces colorants doivent d’ailleurs porter la mention «peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention des enfants.» Une information qui ne figure malheureusement pas sur les emballages suisses. Le colorant blanc E171 est quant à lui constitué de dioxyde de titane sous forme nanométrique, dont les effets sur la santé sont encore méconnus mais qu’il vaut mieux éviter par principe de précaution.

Faut-il plus se méfier de couleurs extravagantes comme le bleu ou le doré que de couleurs présentes dans la nature comme le brun, le rouge, le jaune?

Je dirais plutôt qu’il faut se méfier des couleurs vives qui contiennent souvent du dioxyde de titane E171.  Notamment des couleurs chaudes, susceptibles de contenir des colorants azoïques, en lien avec l’hyperactivité des enfants (réd.: voir plus haut). Quant au brun, il n’existe pas en tant que tel et est donc fabriqué à partir d’un mélange de colorants, dont éventuellement des colorants azoïques. A priori, la couleur dorée ne pose pas de problème particulier. En revanche, le colorant métallisé gris E173 contient de l’aluminium dont la European Food Safety Authority (EFSA) conseille vivement de limiter la consommation.

Les colorants alimentaires provoquent-ils des allergies?

Oui, certains colorants sont effectivement allergènes. Par exemple, la curcumine, issue du curcuma (E100), peut causer des réactions allergiques chez les personnes particulièrement sensibles. Mais les allergies aux colorants sont plus rares que celles aux aliments.

Que penser de la mention «Sans colorants» que portent certains produits?

Elle garantit bien l’absence de colorants au sens légal du terme, mais pas l’absence de substances modifiant l’aspect de l’aliment! Par exemple, un yaourt aux fraises estampillé «sans colorants» peut tout à fait contenir du concentré de betterave qui lui conférera une teinte rosée. Par ailleurs, la mention «sans colorants» ne garantit pas l’absence… d’autres substances problématiques telles que les conservateurs, les arômes et autres additifs alimentaires!

Les colorants sont-ils susceptibles de se retrouver dans tous les types d’aliments?

Non, la loi interdit les colorants dans certaines denrées basiques comme le pain, dans les produits bio et les aliments pour bébés. Mais malheureusement, de plus en plus de colorants sont autorisés dans des aliments de base, comme des saucisses et certains fromages, par exemple. Par ailleurs, nous observons avec satisfaction que les fabricants ont plus souvent recours à des extraits de plantes inoffensifs pour colorer les bonbons en gomme.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre