FRC Conseil : La FRC vous défend

Carte myOne: une erreur bien coûteuse

28.1.2020, Une situation loufoque pour une facture insignifiante, mais Jeannette Zahnd obtient gain de cause. Photo: Jean-Luc Barmaverain

Comment une inversion entre deux comptes a provoqué une avalanche de frais.



«Je suis détentrice de cartes client myOne chez Manor et Jumbo. Je paie régulièrement mes acomptes, mais à mon grand étonnement, j’ai reçu un rappel concernant un défaut de paiement sur un des comptes de la part de la firme chargée de l’encaissement des factures. Ont suivi des courriers d’une société de recouvrement. Le montant réclamé initialement a plus que décuplé avec les frais de rappel et d’encaissement. Au final, on me réclamait un montant total de 98 fr. 15 pour une créance initiale de 6 fr. Pourriez-vous m’aider?» Jeannette Zahnd

FRC | Cliente fidèle auprès de Manor, notre membre pensait surtout qu’elle allait bénéficier d’avantages particuliers en souscrivant la carte de paiement myOne. Elle en avait une pour les magasins Manor, l’autre pour l’enseigne Jumbo, deux filiales appartenant au groupe Maus. Jeannette Zahnd a toujours procédé à ses versements de manière régulière. Mais en s’acquittant d’une facture sur le mauvais compte, la Vaudoise a vu sa carte privilège avantageuse se muer en facture salée: des frais de rappel inacceptables et prohibitifs opérés d’abord par le service d’encaissement Accarda, puis par la société de recouvrement Paycoach.

Bien rapides de la gâchette

Au-delà de la somme dans le cas présent, précisons qu’Accarda détient en outre un fichier de solvabilité des détenteurs des cartes myOne notamment. Un défaut de paiement qui traîne peut donc avoir de lourdes conséquences, le consommateur risquant de ne plus pouvoir payer ses achats sur facture auprès d’autres fournisseurs. Les partenaires de myOne ne sont en effet pas des moindres: Creditreform, CRIF, Paycoach ou la ZEK. Concernant les frais de rappel et de recouvrement, deux tableaux effrayants accompagnent les conditions générales de myOne. Les frais de rappel se montent à 25 fr. par envoi, auxquels s’ajoute un intérêt moratoire de 12%. Les frais de recouvrement, 15 fr. dans le cas de notre membre, ont été facturés en sus. Une opération bien rentable pour les services chargés de percevoir ces montants.

Accarda n’a pas tardé à adresser trois rappels à Jeannette Zahnd, cédant sa «dette», pour une créance de 6 fr., à Paycoach, qui s’est empressée de se lancer à la poursuite de notre membre, la taxant à nouveau. Après que la FRC eut adressé un courriel à Paycoach, Accarda s’est finalement penchée sur sa comptabilité. Elle a adressé un courrier particulièrement sec à la Vaudoise justifiant du transfert tardif du montant manquant sur le bon compte. Le dossier a été retiré à Paycoach mais notre membre reçoit tout de même une leçon de morale l’incitant à respecter les processus de paiement. Une conclusion ironique, Accarda ne s’étant pas interrogée une seconde sur son propre système de vérification comptable.

Astuce juridique

• Préférez le paiement comptant à chaque fois que cela est possible.

• Soyez toujours attentif aux éventuels coûts annexes pouvant s’appliquer en cas de retard de paiement et éviter les systèmes qui érigent les systèmes d’encaissement de facture en modèle d’affaires.

• Avant de procéder à un versement, vérifiez scrupuleusement les numéros de comptes et les numéros de référence.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre