Article : Mobilité

Bien choisir son vélo électrique

7.7.2015, Laurianne Altwegg / Photo: Jean-Luc Barmaverain

La profusion des modèles vous donne le tournis ? Pour vous décider, les points essentiels à examiner.



Vélo pliable, VTT, vélo de ville, kit électrique monté sur un simple vélo… Le choix est infini. Premier critère: le poids, car celui-ci varie de 9 à 30 kilos, avec une majorité de modèles se situant entre 17 et 25 kilos. Plus le modèle est petit, moins il pèsera lourd, ce qui a son importance lorsque le local à vélos se situe à la cave ou qu’on le transporte dans le train. De plus, le moteur comme la batterie peuvent être fixés sur différents endroits du cadre ou des roues, ce qui changera la répartition du poids et l’équilibre du vélo.

Pour mieux choisir, testez un maximum de modèles. C’est le seul moyen de savoir quel est celui qui vous conviendra le mieux. Profitez des nombreuses actions permettant d’essayer gratuitement les différents types de vélos électriques, notamment l’action Bike4Car (bike4car.ch), les stands d’essai organisés par les Communes et les journées portes ouvertes des concessionnaires. D’ailleurs, certains Cantons et Communes subventionnent l’achat des vélos électriques: pensez-y!

LA PUISSANCE

Plus vous solliciterez le moteur de votre vélo électrique, plus il sera nécessaire qu’il soit puissant. C’est une des raisons pour laquelle il vous faut d’abord déterminer vos besoins – bolide capable de filer à 45 km/h en ville, renfort pour gravir des côtes escarpées ou juste une légère assistance pour prolonger vos balades au bord du lac? Méfiez-vous, il existe deux catégories de vélos électriques: un deux-roues dont l’assistance s’arrête à 25 km/h et dont la puissance n’excède pas 500 W reste soumis aux mêmes règles qu’un vélo standard. En revanche, si le moteur continue à assister le cycliste au-delà de cette vitesse, le véhicule passe dans la catégorie des cyclomoteurs, impliquant l’usage obligatoire du casque et l’interdiction d’emprunter les voies cyclables (sauf si le moteur est éteint). Et si l’assistance au pédalage fonctionne au-delà de 45 km/h (ou que la puissance du moteur excède 1000 W), il ne s’agit plus d’un vélo électrique mais d’une moto…

Conseil: La vignette vélo ayant disparu depuis 2012, les dommages causés à autrui dans le cadre de l’utilisation d’un deux-roues ne sont plus couverts: avant de prendre la route, vérifiez les clauses de votre assurance-responsabilité civile et, au besoin, modifiez-la. Pensez également à assurer votre cycle contre le vol (dans le cadre de votre assurance-ménage par exemple), car ce type de véhicule attise les convoitises…

LA BATTERIE

Les batteries au lithium-ion (Li-ion) se sont généralisées, au point qu’aujourd’hui elles sont les plus répandues: elles se déchargent moins rapidement que les accus au plomb ou au nickel et offrent aussi l’avantage de ne pas avoir d’«effet mémoire», ce qui permet de les recharger sans les abîmer, même si elles ne sont pas à plat. La technologie est fiable, mais prenez toutefois garde à l’autonomie annoncée, car celle-ci n’est que théorique et diminuera fortement selon votre utilisation. Un mode d’assistance soutenu, une topographie difficile, un vent contraire ou un poids élevé de l’utilisateur sont autant de facteurs qui réduiront le nombre de kilomètres parcourus avec une charge. Lors de l’achat, palliez les mauvaises surprises en vérifiant la disponibilité de batteries de rechange et en évitant à tout prix les accus de seconde main qui n’ont pas forcément été entretenus dans les règles de l’art.

Astuce: Généralement garantie deux ans, la batterie craint le froid, la chaleur et surtout la décharge prolongée. En cas de non-utilisation, il est conseillé de la recharger une fois par mois. Entretenue correctement, elle perdra malgré tout jusqu’à 10% de son autonomie chaque année et devra être remplacée au bout de quatre à cinq ans.

L’EQUIPEMENT

Les vélos électriques étant généralement plus lourds que les traditionnels et destinés à aller plus vite, une attention particulière doit être portée aux freins. Plus ceux-ci seront sollicités (que l’on pense vitesse ou dénivelés), plus il sera nécessaire d’investir dans des freins haut de gamme: idéalement, des freins à disque, malgré la somme qu’il vous en coûtera. Pour les mêmes raisons, le cadre d’un deux-roues électrique se doit d’être plus robuste que celui d’un vélo standard: repérez les matériaux qui vous paraissent fragiles.

Intéressez-vous aussi aux vitesses. Vous hésitez entre un dérailleur à plateau ou un système intégré au moyeu arrière de la roue? Le premier offre en général davantage de paliers que le second, lequel permet en revanche de changer confortablement de vitesse, même en étant à l’arrêt. Gardez également à l’esprit que votre choix pourra être limité selon la motorisation choisie. Finalement, si vous souhaitez plus de confort, il peut être utile d’opter pour un modèle équipé de suspensions.

Astuce: N’oubliez pas de tester le display: ce petit écran généralement fixé sur le guidon vous permet de connaître le nombre de modes d’assistance offerts par un modèle et surtout de voir si son ergonomie vous convient.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre