S'inscrire à la lettre FRC
S'inscrire à la lettre FRC

Article : Santé

Assurance-annulation: le zika, ce gâcheur de vacances

Vacances d’été

1.3.2016, Sandra Imsand / Consultez les mises à jour de l'OFSP et de l'OMS avant de planifier un séjour. -- Shutterstock.com

L’épidémie progresse. Or les régions touchées par le virus sont aussi des destinations prisées, et l’assureur n’est pas toujours conciliant.



Une bonne nouvelle peut se transformer en cauchemar administratif. Mélanie vient d’apprendre qu’elle attend un enfant alors qu’elle avait réservé un voyage en République dominicaine. Or le pays est touché par le virus zika, qui progresse de manière spectaculaire. De plus, les experts pensent que le moustique tigre pourrait être à l’origine de microcéphalie chez les nouveau-nés si une femme est infectée durant sa grossesse, mais les preuves formelles manquent encore.

Devant pareille situation, Mélanie a décidé de renoncer à son voyage, estimant les risques trop importants pour le foetus. Or la Vaudoise a été surprise de la réponse de son assurance-annulation. En effet, l’Européenne refuse d’entrer en matière tant que le Département des affaires étrangères (DFAE) ne déconseille pas formellement la destination. Contacté, le DFAE estime en effet que cette épidémie n’appartient pas à son domaine de compétences et renvoie à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une situation ubuesque pour la Vaudoise.

Se montrer insistant envers l’assureur

Responsable de FRC Conseil, Valérie Muster recommande à Mélanie de ne pas baisser les bras. Sur son site, le DFAE mentionne que l’OMS traite le zika comme une urgence de santé publique de portée internationale. Et
demande de suivre les directives de l’OMS ainsi que de l’Office fédéral de la santé publique. A ce sujet, l’OFSP conseille aux femmes enceintes de consulter un médecin avant le départ et au retour, sans déconseiller
formellement les zones touchées.

«Même si les Affaires étrangères ne déconseillent pas formellement ce pays, nous préconisons d’insister. Il faut expliquer à l’assureur que le DFAE renvoie aux informations et recommandations de l’OMS et de l’OFSP afin qu’il entre en matière», estime Valérie Muster. Une attestation d’un médecin expliquant que le voyage est contre-indiqué peut également être utile.

Du côté des voyagistes et des assurances, l’attitude face à l’épidémie diverge. Hotelplan, par exemple, s’aligne sur les recommandations de l’OFSP. Ce dernier ne déconseillant pas formellement le voyage, les vacances dans les zones touchées ne peuvent pas être annulées pour cause de virus. Le TCS, lui, est plus souple. Les détenteurs d’un livret ETI faisant partie d’une population à risque (dont les femmes enceintes) peuvent faire valoir une annulation s’ils ont réservé avant le 1er février. Quant à Mélanie, après un deuxième refus de son assurance, elle a décidé de porter l’affaire plus haut…

Articles sur le même sujet

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)