Article : Multimédia

Applications: guide à l’usage des parents dépassés

8.9.2020, Sandra Imsand / Photo: Chris Blaser

A l’ère du numérique, les jeunes ont souvent un train d’avance. Le dialogue avec son enfant se révèle indispensable.



Ah, les jeunes et leur smartphone! Entre les modes et les codes qui changent rapidement à cette période de la vie, pas facile pour les parents de suivre ce qui occupe leur progéniture plusieurs heures par jour. D’autant plus que la plupart des outils technologiques sont conçus pour entretenir les addictions: tout est fait pour que l’utilisateur y passe le plus de temps possible. A l’instar de Facebook, réseau social le plus suivi du monde, pourtant boycotté par les jeunes. Normal: leurs parents s’y trouvent. Les iGen, soit la génération née entre 1995 et 2012, privilégient d’autres canaux d’échange (lire fiches).

A quoi faut-il être attentif sur ces plates-formes? Première chose, la limite d’âge. Les réseaux sociaux exigent que les utilisateurs aient au moins 13 ans révolus pour s’y inscrire. Pourtant, beaucoup grillent les étapes, avec ou sans le consentement des parents. Selon Data Gouv, site de diffusion de données publiques de l’Etat français, 55% des 10-11 ans sont déjà enregistrés sur un réseau social.

Futés et affûtés

Qu’y font-ils? Selon l’association Génération Numérique, qui a mené un grand sondage en début d’année, l’intérêt principal qui motive les jeunes à s’inscrire sur un réseau social est de discuter avec les amis (73% des personnes interrogées). Suit celui de regarder des vidéos (53%). Selon le même rapport, près d’un cinquième a déjà rencontré un problème sur internet, dont près de la moitié avec une personne inconnue. Une raison de plus de s’intéresser de près à ce petit monde.

Autre détail d’importance: le contrôle parental peut être contourné par les enfants. L’exemple de Temps d’Ecran, programme sur iPhone et iPad qui permet de suivre la consommation de sa progéniture en limitant l’accès à certaines applications ou à l’appareil en général, est représentatif. Quelques jours après son apparition, les jeunes échangeaient déjà sur les réseaux des moyens de le pirater. Désormais, la nouvelle génération a souvent une longueur technologique d’avance, d’où l’importance d’instaurer le dialogue au sein de la famille.

5 applications

Avis d’expert

Aline Isoz
Spécialiste en transformation numérique et membre de la Commission digitalisation FRC, cette maman de deux ados de 15 ans nous répond.

Comment gérez-vous l’utilisation du téléphone en famille?

Nous avons établi des règles qui évoluent au fil des années. Actuellement, mes filles ont droit à une heure et demie de téléphone par jour, musique et numéros d’urgence exceptés, et l’appareil est inaccessible de 20 h à 11 h le lendemain. Le tout est contrôlé par une plate-forme qui nous permet, à leur père et à moi, de consulter un rapport hebdomadaire pour savoir sur quoi elles passent du temps.

Comprennent-elles ce système?

Elles sont un peu des ovnis dans leur entourage. Beaucoup de parents n’ont rien mis en place, par manque de connaissance ou de temps. Cela donne lieu à d’intenses discussions entre nous.

Tentent-elles de négocier?

Elles connaissent les règles et savent que leur temps d’écran dépend d’elles, de leur niveau de maturité avec leur téléphone. A chaque fois qu’elles veulent télécharger une nouvelle application, nous en discutons. Nous parlons de son fonctionnement, de son modèle d’affaires, mais aussi des problèmes qu’elles peuvent y rencontrer, du risque d’instrumentalisation et de ce qu’il ne faut pas y faire. J’explique aussi qu’en tant que parent, j’ai une responsabilité légale sur ce qu’elles font, écrivent ou disent. J’ai aussi un devoir d’exemplarité, car les jeunes regardent comment leurs aînés se comportent. Or ces derniers ne gèrent pas toujours très bien leur propre consommation numérique.

Certains jeunes arrivent à contourner les contrôles parentaux…

Tout système a une faille, j’en suis consciente et mes filles aussi. Nous en avons parlé car les jeunes s’échangent des astuces. Mais c’est aussi une question de confiance. Si elles piratent ou contournent le programme, je finirai par le savoir.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre