Article : Primes maladie

L’injustice démocratique

Primes 2022

5.11.2015, Joy Demeulemeester / Depuis 2013, l'enfant à naître paie aussi sa prime maladie, une absurdité parfaitement légale - Shutterstock.com

La correction des primes payées en trop tourne décidément à la farce de mauvais goût, la preuve par deux exemples: des assurés se remboursant eux-mêmes, et, plus absurde encore, des spermatozoïdes "endettés" avant même d'être venus au monde! Explication.



On s’en souvient: les caisses maladie ont longtemps nié faire des calculs de primes par canton un peu bidons et peu corrélées aux coûts réels. Conséquence: de 1996 et 2013, certains assurés ont trop payé, d’autres pas assez. Priés de corriger leur souplesse mathématique, les assureurs ont fait des pieds et des mains pour s’y dérober — trop compliqué, trop cher, etc. Après moult tergiversations, le Parlement a finalement accouché en 2014 d’une législation boîteuse, mise en application pour la première fois cette année 2015 (détail des mesures adoptées).

L’an prochain, rebelote. Les assurés bernois et jurassiens s’acquitteront, en 2016, d’un supplément de primes de 48 francs. A l’inverse, les Fribourgeois, les Vaudois et les Genevois recevront une nouvelle bonification l’été prochain, dont le montant sera calculé en février. Autre cas de figure pour les Neuchâtelois et les Valaisans: le compte est bon, l’histoire ne les concerne plus. Pour ceux touchés par les calculs d’apothicaire, c’est toujours le lieu de domicile au 1er janvier de l’année de correction qui fait foi. La FRC avait déjà relevé qu’actuellement déménager de Vaud à Berne, par exemple, revenait à passer deux fois à la caisse, puisqu’on paye le supplément bernois au lieu de toucher la bonification vaudoise.

Mais on en apprend tous les jours. Saviez-vous par exemple que naître à Berne ou dans le Jura signifie aussi venir au monde endetté? Une mère jurassienne a ainsi été très surprise de voir apparaître sur la facture d’assurance de son bébé des montants servant à combler des lacunes de primes précédant la naissance de son fils. Une absurdité. Interpellé par la FRC, l’Office fédéral de la santé publique a répondu, avec regret, que la loi ne prévoit aucune exception pour les assurés nés après 2013, en ce qui concerne la prime supplémentaire.

Dernière mauvaise blague en date, de nombreux assurés vont se rembourser eux-mêmes! Si les assureurs doivent verser 33 francs par assurés dans le fonds destiné à la correction des primes, cette somme peut en effet être mise à la charge des assurés lorsque les réserves de la caisse ne sont pas suffisantes. Raison pour laquelle, si vous êtes à la CSS ou à la CPT, entre autres, vous avez vu apparaître sur l’annonce des primes 2016, un «supplément art. 106a LAMal» (liste des assureurs autorisés à ponctionner leurs clients). Le principe démocratique n’a pas toujours bon dos.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)