Article : Textile

Lingettes anti-décoloration: le test

En matière de vêtements, la FRC vous va comme un gant

30.8.2016, Aline Jaccottet - Collaboration: Lionel Cretegny, Laurianne Altwegg / Peut-on mélanger linge blanc et couleur? - shutterstock.com

Malgré leurs promesses, les lingettes anti-transfert de couleurs sont peu efficaces. Le coton reste très sensible au mélange du blanc et des couleurs.



Au rayon lessive, les marques promettent monts et merveilles, y compris avec les lingettes anti-transfert de couleurs qui suggère de vous débarrasser définitivement de la corvée du tri en gagnant du temps et de l’énergie. Une petite étoffe glissée parmi vos habits et vous voilà jetant pêle-mêle le linge blanc et celui de couleur dans le tambour. Sans dommage?

Pour savoir si l’investissement vaut le détour et ce que risque véritablement votre linge, nous avons acheté dix types de lingettes chez Migros et chez Coop, puis introduit dans une machine Miele dix grammes de colorants noir, orange, rouge et bleu avant d’y passer, lors de programmes à 60 degrés, des échantillons de dix centimètres carrés de tissu blanc normalisés en coton et en polyamide.

Oui pour le synthétique, bof pour le coton

Verdict: l’emploi de toutes les lingettes montre des performances supérieures à celles de la lessive en poudre utilisée seule. Cependant, ces étoffes ne valent vraiment la peine d’être utilisées que pour le textile synthétique. Le résultat sur le coton est en revanche très médiocre. Le gain de temps et d’énergie est donc tout relatif, puisque au lieu de séparer le blanc de la couleur, il faut séparer les matières.

En ce qui concerne le coton en effet, trois références – Total Color de Migros, ainsi que Maxil et Dr. Beckmann de Coop – obtiennent un score à peine meilleur qu’en lavant son linge sans lingette, et les habits de teinte orangée s’en sortent particulièrement mal. Sur les onze articles, seuls deux tirent plus ou moins leur épingle du jeu: les réutilisables de Total Color et de Dr. Beckmann, meilleures que les autres au premier lavage, mais de qualité aussi médiocre que celles à usage unique à la trentième utilisation. Les mesures ayant été effectuées à ces deux moments seulement, impossible de dire à quelle rapidité les performances déclinent. Notons encore que les lingettes à usage unique de ces mêmes marques récoltent en revanche les moins bons résultats. Voilà qui corse le choix. En ce qui concerne les tissus synthétiques en revanche, la décoloration est réduite de moitié. L’achat de ce type de produit devient plus intéressant. Avec un bémol pour les teintes bleutées, qui résistent moins à la décoloration que les tissus rouges et orange.

Et l’écologie dans tout ça?

La lingette jetable génère beaucoup de déchets, surtout si l’on suit le conseil des fabricants qui préconisent d’en utiliser jusqu’à trois à la fois. Souvent composée de cellulose et parfois même de PET, sa production est loin d’être neutre pour l’environnement. Certaines contiennent de plus des azurants optiques pour ajouter un effet blanchissant (Total White Protect): à proscrire absolument donc!

La lingette réutilisable, 100% coton (éponge ou microfibres), nécessite, comme tous les textiles d’ailleurs, beaucoup d’eau et de produits chimiques pour sa production. Son atout: être recyclée sous forme de chiffon pour les travaux les plus salissants du ménage, une fois son potentiel absorbant épuisé. Elle permet aussi aux personnes seules de gaspiller moins d’énergie, d’eau et de produit nécessaires à faire tourner des machines à moitié vides. Les familles auront, elles, tout intérêt à renoncer aux lingettes et à trier leur linge. Sans oublier de suivre les conseils ci-contre pour que le T-shirt blanc ne vire pas au mauve.

Ce test est paru dans FRC Mieux Choisir, numéro 91, sous le titre «La corvée du tri reste inévitable»

Lire le test des lingettes anti-décoloration sur notre comparateur

Conseils

Remèdes pour limiter la déteinte

Vérifiez la qualité de la fixation de la couleur en passant un fer à repasser chaud sur le tissu à l’envers duquel vous aurez appliqué un linge humide. Si ce dernier se colore, la couleur risque de dégorger.

  • Pour fixer la couleur, faites tremper le vêtement quelques heures dans de l’eau froide avec du vinaigre blanc ou une tasse de gros sel.
  • Pendant la lessive, séparez les teintes foncées des claires: rappelez-vous que le rouge rubis, le vert émeraude et le bleu roi, les plus instables, doivent être particulièrement surveillées.
  • Quand le mal est fait, faites tremper le linge quelques heures dans deux à cinq litres de lait ou dans une décoction de laurier, soit une douzaine de feuilles que vous faites bouillir un quart d’heure avant de les faire refroidir et d’y plonger votre tissu.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre