Article : Régime

De la poudre aux yeux

1.7.2014, Le recours aux succèdanés de repas: la voie royale pour sombrer dans les régimes yoyo. Photo: nenetus/shutterstock.com

Espérer un miracle des substituts de repas, n’y comptez pas. Fortement déconseillés aux adolescents, ils génèreraient aussi un effet yoyo.



Dès le retour des beaux jours, les substituts de repas – et la publicité qui les accompagne – apparaissent dans les rayons des magasins et des pharmacies. Sous forme de poudres à diluer, salées ou sucrées, de barres ou de biscuits parfumés au chocolat ou à la fraise, il y en a pour tous les goûts et de toutes les marques: Modifast, Protiline ou Kot, pour ne citer que les plus représentées sur le marché. Enjôleur, l’emballage laisse augurer un certain plaisir gustatif pour qui a décidé de s’astreindre à un régime strict.

Au prix fort

Or la monotonie des goûts n’a d’égale que la consistance uniformisée, pour ne pas dire insipide, de ces «mets»  liquides apportant en moyenne quelque 250 kcal par portion. «Un plat du jour classique en contient entre 400 et 600», relève Véronique Di Vetta, diététicienne diplômée à la Consultation de prévention et de traitement de l’obésité du CHUV, à Lausanne. La diète est donc sévère, et surtout fortement déconseillée, du moins pour les adolescents des deux sexes ou les femmes enceintes.

Alors que faire pour bien faire? D’abord, abandonner l’idée qu’il existe un régime miracle. Les jeunes en pleine croissance ont besoin de repas équilibrés. Si un surpoids s’est déjà installé, le premier objectif consiste à le stabiliser en modifiant le régime alimentaire et en introduisant des activités sportives. «Avec eux, il est également important de travailler l’image corporelle», note la diététicienne. Celles et ceux qui consultent ont souvent recouru, sans succès, à ces méthodes, qu’ils en aient besoin ou non, ce qui génère un sentiment d’échec.

Ces adolescents ont en effet tendance à s’identifier aux stars des magazines. Le poids de l’image – parfaitement retouchée par Photoshop – est à l’origine de bien des privations et des mauvais traitements que l’on s’inflige pour répondre aux canons de la mode. Au prix fort pour la santé et pour le porte-monnaie, car ces poudres de perlimpinpin valent leur pesant d’or: Modifast, l’une des marques les plus représentées sur le marché, vaut une trentaine de francs l’emballage de huit sachets, soit 3 fr. 80 pour un «repas» qui apporte à peu près les calories d’un yogourt.

Certes, la composition de ces substituts est correcte d’un point de vue nutritionnel, puisqu’ils contiennent des vitamines, des protéines et des sels minéraux en quantités adaptées. «Mais ils n’égalent pas l’apport d’un repas, notamment en fibres, ni en matière de diversité sensorielle, souligne Véronique Di Vetta. Et comme les consommateurs les avalent très rapidement, sans mastication, souvent debout, ils n’ont pas l’impression d’avoir mangé d’un point de vue émotionnel.» Ces succédanés de nourriture n’apportent donc qu’un sentiment éphémère de satiété. Quelques heures après les avoir ingérés, le risque est grand en effet de se ruer sur des aliments riches en sucres. Aux yeux des professionnels de la santé, le recours à ces produits, surtout par des jeunes, est donc une voie royale pour sombrer dans les régimes yoyo. On perd rapidement du poids, que l’on reprend tout aussi vite, avec souvent, en prime, quelques kilos de plus.

Voir notre enquête sur la vente de substituts de repas en pharmacie

Voir notre article sur les adolescents et les régimes

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)